Et si on revenait un peu sur cette année 2019 ?

Hello toi !

Qui dit fin d’année, dit petite rétrospective des moments vécus cette année … et autant te prévenir tout de suite, je ne tiens pas à évoquer TOUS les moments passés! l’article serait bien trop long… et tu risquerais de t’endormir !

Petite précision de ma part : je proposerai de temps à autre quelques articles de mon précédent blog PlaynTravels, qui est à ce jour toujours actif mais sur lequel j’ai décidé de ne plus proposer d’articles, pour me concentrer essentiellement sur ce tout nouveau blog que j’ai créé après quelques mois sans partager de contenus (à la suite de quelques soucis personnels…).

Cette année a tout d’abord été le symbole de nouvelles rencontres, amicales, professionnelles et certaines seront signe de collaborations en 2020 (oups, j’en ai trop dit… ou pas !)

Outre ces rencontres, quelques challenges m’ont été lancés… et pas des moindres ! Parmi tous, je citerai l’opportunité de réaliser l’interview de Nicolas, gérant du Meltdown de Nantes.

Pour te rendre plus facilement au Meltdown, clique sur ce lien

Pour (re) vivre ce moment, je te propose de découvrir mon post de blog et la vidéo des copains de la chaîne Youtube Road and Troll consacrés à l’événement : https://playntravels.com/2019/01/22/retour-sur-soiree-douverture-du-meltdown-de-nantes/

Un autre challenge a été celui de me lancer dans l’aventure du cosplay ! Comment en suis-je arrivée là ? Ici aussi, de belles rencontres, avec des cosplayeurs (et cosplayeuses) tous aussi sympathiques les uns que les autres, qui m’ont invitée à tenter ma chance… les préparatifs m’ont demandé quelques mois, et le plus difficile pour moi a été de le porter.

C’est donc à Art to Play que tu as pu découvrir Dark Clochette, mon tout premier cosplay… il se murmurerait même que d’autres sont en projet pour l’année prochaine, mais chut ! Si tu as raté ce moment, c’est l’occasion d’aller découvrir mon article de blog sur le salon mais aussi mon vlog.

Bonus : une petite photo de mon cosplay !

A mon tour aussi de me lancer quelques défis (sinon, ce ne serait pas drôle !) et j’ai ainsi dansé sur scène avec Dina, vice-championne de Just Dance ! C’était à l’occasion de Geek Life Le Mans, un festival créé par des passionnés, pour des passionnés ! Mon article est ici et voilà la vidéo des copains Road andTroll (lien vers leur chaîne disponible un peu plus haut) qui ont immortalisé ce moment !

Au cours des mois qui composèrent cette année, de nombreux déplacements sur des salons, festivals variés ont été au programme. Parmi eux, je citerai le Start to Play à Strasbourg, que j’ai découvert avec grand plaisir, un lieu agréable et familial ! Voici l’un de mes (3 !) articles écrits à cette occasion, les autres étant disponibles sur le blog 😉

Le salon du Jeu de Plessé (entre Nantes et Rennes) a été aussi mémorable pour moi, d’autant plus que j’ai rencontré un Deadpool aujourd’hui devenu un ami sur lequel je peux compter 😉 Ici aussi, retour écrit sur ce salon très agréable !

Cette année encore, je me suis rendue à la Paris Games Week et j’en ai parlé sur mon blog (dont voici un échantillon) et sur mon vlog, je te propose un aperçu des bons moments partagés avec les amis que j’ai retrouvés sur place !

Je me suis également rendue à l’Indie Game Factory, à Bordeaux, un rendez-vous exclusivement réservé aux professionnels ! J’en parle ici : https://lescarnetsdenaid.com/2019/10/18/decouvertes-salons-lindie-game-factory/

Quelques expériences vidéoludiques m’ont aussi accompagnée ! Pour moi, celles qui m’ont le plus émue sont A Plague Tale: Innocence, de Asobo Studio. Un studio bordelais pour qui ce jeu est la première réelle aventure, avec un succès mérité ! Quelques photos du stand Asobo à la Paris Games Week, dans le but de ne rien te spoiler du jeu 😉

Une suite serait annoncée ? C’est tout ce que je souhaite. Mais avant ça, découvrons Flight Simulator, oui oui, Microsoft leur a confié la mission de réaliser le jeu… hâte d’en voir davantage, même si je reconnais ici que les simulations de pilotage me sont complètement inconnues.

Un autre jeu qui m’aura fait verser des larmes est (et si tu me connais un peu en me suivant sur les réseaux sociaux) Life is Strange 2 du studio parisien DONTNOD Entertainment ! Cette nouvelle aventure narrative m’a embarquée pour cet exil des Etats-Unis vers le Mexique des 2 protagonistes, Sean et Daniel. Vont-ils y parvenir ? Je te laisse le découvrir au fil des 5 épisodes constituant le jeu. Disponible en édition boîte depuis le début du mois (le 3 décembre si tu lis cet article en différé), tu peux maintenant y jouer avec l’ensemble des épisodes disponibles. Etant réellement passionnée par les réalisations de ce studio, je l’ai acquis à la fois dans sa version dématérialisée (avec l’attente, parfois un peu longue, je le concède, entre 2 épisodes), mais aussi en collector ! Un bien bel objet qui accompagne ma collection Life is Strange et des jeux DONTNOD. Aperçu de ma (petite collection dédiée à la licence Life is Strange)

Je ne citerai pas ici tous les jeux que j’ai pu découvrir, car je m’intéresse de plus en plus aux jeux indépendants, et je profite de mes visites sur les salons pour découvrir des expériences inédites !

Cette année a aussi été celle de la transition, sur bien des points. Comme je te l’indiquais, j’ai mis en sommeil mon précédent blog PlaynTravels (sur lequel mes articles sont encore disponibles à la lecture, ce qui est valable pour chacun de mes précédents blogs). Ceci a été une décision difficile à prendre, et non sans douleur.

Je n’entrerai pas dans les détails qui m’y ont conduit, tout ce que je peux dire, c’est que certaines personnes ne se rendent pas compte à quel point elles peuvent blesser d’autres âmes.

J’ai aussi, pour des raisons différentes, mis un terme (provisoire, mais je t’explique pourquoi) à l’une des activités qui me prenait beaucoup de temps, à savoir la modération de chaînes Youtube, et ce, sans réelle reconnaissance de la part des personnes pour qui je « travaillais », donnais de mon temps et de mon énergie. Je te parlais de provisoire, car depuis quelques mois maintenant, et de manière ponctuelle l’année prochaine, tu pourras me retrouver équipée de ma clé à molette (sur Youtube) ou de ma petite épée (sur Twitch) à participer à la modération de certains chats… Pour savoir lesquels, je t’invite à bien suivre mes réseaux sociaux 😉

Si tu souhaites en savoir plus sur le rôle des modérateurs sur les chats, je t’invite à lire cet article : https://playntravels.com/2019/01/29/expression-libre-mon-job-de-moderatrice-sur-youtube-twitch-reponse-aux-questions-posees/

Continuons (oui, cet article sera un peu plus long que la moyenne, en même temps, je me voyais mal effectuer un bilan de 2 mots : « c’était génial ! ») j’ai pris la décision de prendre mes distances avec des personnes que je qualifierais de toxiques, manipulatrices et j’en passe !

Un petit article sur ces mêmes « amitiés toxiques » : https://lescarnetsdenaid.com/2019/09/16/quand-lamitie-tourne-a-la-toxicite/

Passons désormais aux activités qui me sont bénéfiques !

J’ai créé ma micro-entreprise de rédaction web, Les Carnets d’Enaid, même si pour le moment le démarrage reste timide, je compte mettre les bouchées doubles pour pérenniser mon activité.

J’ai décidé de me relancer dans l’aventure Youtube avec un vlog Les Carnets d’Enaid 😉 Pour le moment, je ne propose que peu de contenus, mais je compte proposer de nouvelles choses, le temps de préparer comme il se doit tout cela et je te tiendrai au courant 😉

J’ai aussi été sollicitée pour différentes collaborations :

  • Nantes esport, avec qui je prépare certains contenus écrits et vidéos et d’autres petites choses 😉
  • Le Geek Moderne, qui change d’identité pour s’appeler Pop Culture Land 😉
  • Atlangames, cluster réservé aux professionnels du jeu vidéo dans son ensemble, et avec qui je compte participer à certains events.
  • ODH Productions, une entreprise de réalisation de vidéos toutes plus sympathiques les unes que les autres. C’est avec elle que je propose mes vlogs sur ma nouvelle chaîne Youtube que tu peux retrouver dans la rubrique « me suivre » du blog.
  • Une autre collaboration, sur un projet tout autre, que je ne peux pas dévoiler pour le moment (je suis sous NDA)
  • D’autres idées me traversent l’esprit, il ne me reste qu’à concrétiser tout cela, ce qui va demander un certain temps.

Si je partage tout ceci avec toi dans ce long article, est pour te montrer qu’il est possible de réaliser de belles choses, même lorsque l’on a peu de moyens.

Dans la vie, on trébuche, on tombe, mais on se relève encore plus fort et enrichi de par nos expériences (qu’elles soient bonnes ou mauvaises…).

J’espère que pour toi aussi, cette année aura été bonne, et si tu souhaites partager certains de ces moments de vie, la zone des commentaires t’est ouverte. Mon but n’est pas de recevoir des confidences, pour cela, je t’invite à privilégier les messages personnels, auxquels je répondrai au calme.

Que nous réserve le millésime 2020 ? Plein de belles choses, je n’en doute pas un seul instant…

Merci pour ta lecture de cet article quelque peu long !

A très vite pour un nouvel article dans mes Carnets 😉

NB : J’oubliais de remercier TOUTES les personnes rencontrées cette année : cosplayers, blogueurs, vidéastes, organisateurs d’événements, professionnels, photographes, célébrités, amis, streamers etc… la liste est trop longue pour tous vous citer ici, mais vous avez une grande place dans mon cœur !

On se revoit l’année prochaine pour de nouvelles aventures 😉

A Plague Tale: Innocence, mon coup de cœur vidéoludique de l’année 2019 !

La fin d’année arrive… et… je me suis rendu compte que j’ai oublié d’écrire mon article sur mon GOTY de cette année 2019, A Plague Tale: Innocence de Asobo Studio, un studio bordelais. Près de 4 ans de travail ont permis à l’équipe de 45 personnes de nous offrir ce chef d’oeuvre vidéoludique.

Hello toi !

Je viens te parler de mon véritable coup de coeur vidéoludique de l’année : A Plague Tale: Innocence du studio bordelais Asobo Studios 🙂

Comment tout a commencé et qu’en ai-je pensé, c’est ce que je te propose de découvrir au long des prochaines lignes !

J’ai découvert ce jeu lors d’une présentation réalisée par Julien Chièze sur sa chaîne, c’était en avril 2018, et j’ai eu un réel « coup de foudre » pour ce jeu vidéo !

Voici ladite vidéo :

Déjà à ce moment là, l’aperçu offert était magistral et je pressentais que cette aventure entre une sœur et un frère, Amicia et Hugo de Rune, allait m’embarquer dans une autre dimension, historique et aussi humaine.

C’est en assistant au festival Animasia (qui a lieu à Bordeaux) en octobre 2018 (quelques mois seulement après cette révélation…) que j’ai pu assister à la première révélation du jeu en public (dans sa ville d’origine), avec entre autres sur scène Kévin Choteau, game director. J’ai une nouvelle fois été subjuguée par les images qui nous étaient présentées sur l’écran !! J’étais à deux doigts d’en pleurer, c’est te dire si mon émotion était intense.

Cette démonstration était suivie d’une session de Questions/Réponses qui ont permis d’obtenir quelques éclaircissements sur le gameplay ou la narration présente dans le jeu. Je me suis permise de poser une question sur un élément incontournable d’un jeu vidéo : son environnement musical, et c’est là que j’apprends la meilleure nouvelle qui m’a donné encore plus envie d’acquérir cette pépite. Le compositeur n’est autre qu’Olivier Deriviere, qui a réalisé les bandes originales de Remember Me (du studio DONTNOD, qui comme tu le sais, a une place chère dans mon cœur), et édité par Capcom, mais également celle de Vampyr, une nouvelle fois créée par DONTNOD, et éditée cette fois par Focus Home Interactive !!

Ici une vidéo de son travail sur l’OST de Vampyr :

Revenons à A Plague Tale: Innocence si tu le veux bien.

Toutes les captures écran présentes sur cet article ont été réalisées sur mon Xbox One X 😉

Ce jeu nous place dans l’Aquitaine, l’Occitanie et le Sud-Ouest au sens large au XIVème siècle, tourmenté par la Peste Noire et l’Inquisition, un moment plus que délicat dans notre Histoire de France. Nous découvrons une jeune fille, Amicia de Rune, d’une classe aisée accompagnée de son père et de son compagnon à 4 pattes. Celui-ci disparaît tragiquement après une session d’apprentissage du lance-pierres.

Nous retournons ensuite à la demeure familiale, où tout se passe bien. Quand soudain, une armée attaque le château familial, provoquant de nombreuses victimes. Nous rejoignons Béatrice de Rune, la mère d’Amicia, et découvrons Hugo, le jeune frère de notre héroïne. Nous apprenons à ce moment là que ce dernier est atteint d’une maladie appelée Macula.

Pour nous protéger, nous devons échapper à cette violence, et c’est au travers d’une expérience aventuro-narrative épisodique, que nous partons vivre cette quête de la libération.

Au fil de mes heures de jeu (et elles sont nombreuses, ce qui est plutôt rare dans ma manière de jouer), j’ai réellement traversé de nombreuses émotions, découvert sous un autre point de vue cette période historique, les actes de certains personnages m’ont outrée. Je parle de Vitalis notamment.

Au travers de rencontres avec des personnages secondaires, nous allons progresser et acquérir de nouvelles compétences qui te permettront d’avancer dans l’histoire.

Désireuse de ne faire aucun spoil, je t’invite à découvrir par toi-même cette même histoire et tout son environnement, à la fois musical, mais aussi dans des décors tous aussi somptueux les uns que les autres.

Autre point à mentionner, pour être de plus en plus efficace dans ta mission, l’alchimie entre en scène, avec des « recettes » surprenantes, inspirées de vrais mélanges réalisés à l’époque, il me semble en avoir lus certains dans des livres se déroulant à cette même période historique.

Hugo est amené à participer à certaines manipulations, certaines sont réellement impressionnantes. Ceci ajoute un élément une nouvelle fois réaliste à notre aventure.

Comment ne pas penser à un autre personnage dans ce jeu, un peu particulier cette fois (surtout dans un jeu vidéo) : les rats ! Ah, ces fameux rats, si je pouvais trouver la personne responsable de leur intégration dans le jeu, je lui demanderais bien volontiers qui en est à l’initiative, et m’ont fait faire quelques cauchemars après mes sessions de jeu. Leur présence, et leur animation m’ont surprise de part leur réalisme, et les émotions que j’ai traversées ici encore en les voyant dans chaque scène où ils apparaissent !!

Tout ceci m’amène (déjà) à la conclusion de mon article pour te convaincre, je l’espère, de te lancer dans cette magnifique aventure.

Je tiens à remercier les équipes qui ont réalisé ce jeu auquel j’espère de tout cœur une suite. J’ai tellement aimé ce jeu, que c’est lui mon jeu de l’année 2019, n’en déplaise à certains qui lui ont préféré le non moins méritant Sekiro: Shadows Die Twice.

Et toi, qu’as-tu pensé de ce jeu ? Que tu l’aies plus ou moins apprécié, ton ressenti m’intéresse…

Merci pour ta lecture et à bientôt pour un prochain Carnet 😉

Mon plus beau cadeau : c’est toi !

Hello à toi devant ton écran !

Un post de blog quelque peu spécial aujourd’hui. Dans quelques jours, nous célébrerons les festivités de fin d’année. Que ce soit seul, en famille ou bien encore entre amis, ces moments nous permettent de faire une pause dans nos quotidiens.

J’ai ici une pensée pour les personnes seules ou isolées, celles qui travaillent ces jours-là ou toute personne pour qui ces jours ne sont pas synonyme de moments joyeux. Tout mon soutien.

Mon post du jour vient te remercier TOI, oui toi qui me lis ! J’entends tout de suite de ta part un : « Moi ? Mais je n’ai rien fait de spécial ! » Et bien, crois-moi que de venir sur le blog, prendre le temps de lire mes contenus que je crée avec plaisir et passion à chaque instant (même pour les posts où je suis un peu en colère !) !

Le blog a été officiellement lancé le 30 août dernier, après plusieurs semaines de préparation, du look du blog (qui a changé depuis quelques jours, pour le rendre plus épuré), à la création des rubriques et j’en passe…

Quelques petits chiffres de ce que représente le blog aujourd’hui (données récoltées hier jeudi 19 décembre) :

  • 3 707 vues !!
  • 1 843 visiteurs
  • 141 likes

Mes articles les plus lus sont celui sur les amitiés toxiques et la page sur mon aventure blog, ce qui provoque chez moi une grande surprise !

Ces chiffres ne représentent certes rien comparés aux vues de chaînes Youtube (je parle ici de chaînes importantes…), mais ce n’est pas comparable… les vidéos étant davantage mises en évidence que les articles de blogueurs et blogueuses passionnés.

Quelques données géographiques, cela ne te surprendra sans doute pas :

  • 3 098 vues depuis la France
  • 321 vues depuis les États-Unis
  • 73 vues depuis la Suisse

Je remercie également mes lecteurs venues d’autres contrées, telles que l’Australie, le Canada… jusqu’au Japon !!

Au mois de novembre dernier, je lançais une chaîne Youtube en complément du blog, pour proposer un vlog de mes visites sur des conventions et festivals de jeu vidéo variés !

L’année prochaine, je proposerai de nouveaux contenus liés aux conventions mais aussi des surprises ! Celles-ci sont encore en préparation, et je te laisserai les découvrir !

Pour terminer cet article, je te renouvelle mes remerciements et te donne rendez-vous prochainement sur le blog pour découvrir ce que je t’ai préparé 😉

A très bientôt et… belles fêtes de fin d’année !

Rumeurs et leaks : les partager, une fausse bonne idée ?

Hello toi !

Ce matin, une tribune/réflexion sur un thème que je ne pensais pas aborder aussi tôt sur le blog, mais au vu d’événements récents, je ne pouvais réagir à ce que j’ai pu voir et entendre…

J’écris cet article le mardi 17 décembre, au matin, au lendemain de la découverte, une nouvelle fois, de rumeurs concernant la sortie prochaine d’une console attendue, mais aussi de leaks concernant un film très attendu. Je ne mentionnerai personne dans cet article pour ne pas m’attirer les foudres des différentes communautés qui sont concernées.

Hier lundi, après une journée plus ou moins stressante, début de semaine oblige, avec mes activités et autres obligations, je lis des démentis concernant une actualité diffusée plus tôt dans la journée, qui a occasionné de nombreuses réactions et créations de contenus liés.

En même temps, j’apprenais que certains probables passages d’un film auraient été divulgués, ce qui a provoqué ici encore de nombreuses réactions de stupéfaction.

L’avis donné ici est le mien. Tu as le droit de ne pas être d’accord avec mes propos, ce qui est tout à fait légitime. Je te demanderai de répondre avec courtoisie et respect aux lignes qui vont suivre.

Les rumeurs ont toujours existé, dans des domaines divers et variés, et les exemples sont nombreux et j’ai choisi de ne pas prendre de cas précis, d’une part parce que cela n’a aucun intérêt pour moi de les partager ici, mais aussi ce ne serait que contribuer à leur propagation. Tout ce que je vais critiquer. Un peu paradoxal pour le coup, non ?

Depuis que je suis sur les réseaux sociaux, quelques années pour Facebook, et 6 ans sur Twitter, c’est vous dire si mon expérience n’est pas nouvelle, je constate que le phénomène prend une ampleur sans commune mesure. Ces media qui pour moi étaient un moyen de rester informée des événements en temps réel (ou légèrement différé du fait de mes connexions espacées) et également un moyen d’échanger avec mes amis ou des inconnus, sur ces sujets d’actualité, avec plus ou moins de véhémence.

J’observe à quel point il est facile de diffuser des informations erronées, issues de sources plus ou moins douteuses, ou parfois qui ne sont pas du tout confirmées ou vérifiées. Inquiétant, dans un monde où tout va (trop) vite et spontané. Alors qu’il y a quelques années de cela, on prenait le temps, de lire l’actualité sur un support papier, d’une périodicité variée, ce qui engendrait une attente plus qu’impressionnante de parcourir les différentes rubriques qui s’ouvraient à nos yeux et se répandait au fil des pages…

Aujourd’hui donc, une simple rumeur prend des proportions qui me paraissent juste hallucinantes. Et à la lecture des réponses à ces mêmes messages ou contenus autres (vidéos notamment), j’observe les mêmes réactions qui divisent ! Dans un contexte déjà tendu, quel en est l’intérêt ? Gagner en visibilité en faisant des vues, et donc engendrer des revenus ? Tout ceci me permet de me poser la question du but visé…

Certes, une des réponses évoquées sera de me dire, « bah oui, tu as peut-être raison, mais ne pas en parler serait dommage, on aurait aimé être au courant ! » Se dessine alors un air sceptique sur mon visage, et c’est le dépit qui s’empare de moi quelques instants. Je réfléchis un peu… quand je lis « probable rumeur » et l’utilisation du conditionnel dans chacune des phrases, me laisse à penser que tout n’est que question d’image, et ce de manière plus qu’éphémère alors que notre attention pourrait se focaliser d’autres actualités bien plus importantes, méritant un traitement égal sinon plus important. Ce qui me sidère quelque peu.

En bref, propager des rumeurs, juste dans le but d’être vu et de récolter un quelconque intérêt, très peu pour moi. Surtout s’il s’agit quelques heures après de démentir la dite information, parce que la source n’est soit pas fiable, soit elle n’a même pas été vérifiée. Triste et effarant.

Passons maintenant au cas épineux des leaks, que j’ai associé aux rumeurs dans mon article. Les 2 concepts se rejoignant, certains d’entre eux provenant de rumeurs (jusque ici tu me suis ?).

Ceux-ci existent eux aussi depuis longtemps, il ne m’était pas rare d’en entendre à la radio (j’ai grandi avec ce medium pour rester au courant de ce qu’il se passait depuis mon plus jeune âge… ce qui n’est plus trop le cas aujourd’hui, mais passons… cela pourrait être une idée de sujet à traiter !)

Tout comme les rumeurs, ils se propagent à vitesse grand V sur les réseaux. Et là aussi les réactions ne se font pas attendre. Combien de fois ai-je entendu/lu : « tu as vu l’info concernant (insère ici le sujet de ton choix) ? » Et ma réponse a été tantôt négative, tantôt un acquiescement en mode « oui, sans y prêter réellement attention ». Et lorsque ces sujets étaient confirmés, je ne cache pas avoir eu de petits rictus nerveux.

Comment peut-on se permettre de donner des informations avant que celles-ci ne soient officiellement annoncées ? Ici aussi, pour faire, à mon sens, le buzz. « Tu as vu, c’est moi le premier ! » est alors ma réaction sur le moment ou parfois a posteriori. A ce moment-là, j’attends, parfois longtemps, la confirmation et la concrétisation de ces annonces. Il m’est arrivé récemment de critiquer moi-même une réaction en direct (découverte bien après les faits, petite précision) que j’ai qualifiée d’excessive, étant donné la présence de ladite personne sur les réseaux sociaux.

La pratique est courante, ce qui m’amène à songer sur ma consommation des media, quels qu’ils soient. Je prends de plus en plus le temps de lire des blogs, écouter des podcasts, et ne regarde pas ces mêmes contenus qui ont un effet de buzz, ce que je faisais il y a encore quelques semaines.

Tout ceci dans une envie d’avoir accès à des informations un peu plus fiables, me permettant toutefois de douter devant ce que je lis et entends, ce qui est dommage, non ?

C’est ici que je conclus ma longue réflexion, je te remercie d’avoir pris le temps de me lire, et t’invite, si tu le souhaites, à me répondre sur ton avis sur la question dans la zone des commentaires ou sur les réseaux sociaux.

Toute remarque est bonne à prendre, à partir du moment où elle est construite.

A bientôt sur mes Carnets !

Les jeux que j attends en 2020 !

Hello toi !

Après la cérémonie de The Game Awards et avant l’arrivée imminente de la fin d’année, je pensais proposer un petit article sympa avec mes attentes en matière de jeux pour 2020 ! Bien sûr, cette liste n’est qu’exhaustive car je ne connais pas encore les dates de sortie précises de certains d’entre eux…

Tu pourras toi aussi me faire part de tes attentes pour cette nouvelle année dans la zone des commentaires !

C’est parti 😉

  • A Long Way Down de Seenapsis Studio

Ce jeu est un RPG-Roguelike-Deck builder (oui oui, rien que ça) issu d’un studio indépendant nantais ! J’ai eu l’occasion de tester sa version Alpha, ainsi que de le présenter sur le salon Animasia 2018 à Bordeaux. Si tu connais le jeu de société Labyrinthe, et bien, c’est à peu près le même principe, à ceci près que tu disposes d’un inventaire pour améliorer l’équipement de ton personnage, et mieux lutter face aux différents bosses du jeu !

Disponible uniquement sur Steam le 16 janvier 2020 !

https://store.steampowered.com/app/856990/A_Long_Way_Down/

  • Accross the Grooves de Nova Box

Ici aussi, un nouveau jeu indépendant, cette fois-ci il s’agit d’une aventure narrative, la troisième réalisation pour ce studio indépendant bordelais exclusivement créateur de jeux narratifs. Après les magnifiques Along the Edge et Seers Isle, ce jeu te transportera dans un univers où la musique a toute sa place dans le récit qui t’attend.

Disponible uniquement sur Steam début 2020

https://store.steampowered.com/app/957820/Across_the_Grooves/

  • Inspector Waffles de Goloso Games

Ici un tout autre style avec un jeu d’enquêtes qui te met dans le pelage d’un chat… et oui ! Ce point’n’click d’un studio indépendant bordelais, Goloso Games, te conduit à travers différents lieux pour réaliser des enquêtes qui ne sont pas toujours des plus aisées avec des indices à récolter ! De bons moments en perspective ! Pour avoir suivi le développement et testé sa Beta, j’aime beaucoup le graphisme en pixel art ! Et, autant l’avouer aussi, un chat inspecteur, c’est plutôt sympa, non ?

Disponible uniquement sur Steam courant 2020.

https://store.steampowered.com/app/1055850/Inspector_Waffles/

Passons maintenant aux jeux plus connus (ou presque)

  • Tell Me Why de DONTNOD Entertainment (étonnant, n’est-ce pas ?)

Je sais, je t’entends d’ici devant ton écran (et ce, peu importe la distance) me dire « encore un jeu narratif épisodique… » et bien oui ! C’est réellement mon régal que je ne m’en lasse pas ! Ici une nouvelle thématique abordée avec la transsexualité, et je sais combien DONTNOD prend des risques en traitant de sujets soumis à opinion. Tout ce que j’apprécie dans le jeu vidéo.

A noter que le jeu est édité par Xbox Games Studio, ce qui en fait une exclusivité Xbox One, PC et Steam. Sortie annoncée pour l’été 2020.

  • Dreams de Media Molecule !

Ah Dreams… cela fait déjà bientôt 5 ans qu’il a été annoncé, lors de l’E3 2015 (c’est te dire si cela commence à dater). Un jeu où la créativité de la communauté de joueurs est mise à contribution est juste une expérience tellement dingue !

J’ai pu tester le jeu lors de la mise à disposition d’une Beta fermée l’année dernière. Je n’ai pas eu le temps d’acheter la version disponible en early access.

Et lors de l’annonce de la date de sortie du jeu, prévue pour le 14 février, je t’avouerai que j’étais très heureuse de voir ce jeu plus qu’ambitieux enfin mis à disposition de la communauté de joueurs…

Sera-t-il aussi bon que je l’espérais ? Verdict dans quelques mois…

Voici, cher lecteur, ma sélection d’attentes pour l’année à venir !

Et toi, qu’attends-tu pour cette nouvelle année vidéoludique ?

La zone des commentaires t’est ouverte pour recueillir tes envies…

A très bientôt sur le blog 😉

The Game Awards 2019 : palmarès, annonces et ressenti !

La nuit dernière, à 2 heures 30 du matin en France Métropolitaine, se tenait la cérémonie tant attendue des Game Awards… quels jeux ont été récompensés et qu’ai-je pensé de la cérémonie ? Verdict dans quelques lignes….

Hello toi !

Aujourd’hui, je reviens sur un sujet d’actualité puisque je vais te parler des Game Awards, tu sais, cette cérémonie qui récompense non seulement les meilleurs jeux de l’année mais nous propose aussi de nombreuses World Premiere

Si tu étais plongé dans les bras de Morphée, ou au travail ou bien encore occupé par toute autre activité, je te propose de découvrir le palmarès ainsi que quelques uns des moments forts de ce rendez-vous annuel.

Je tiens à faire une précision : même si j’ai dénoncé l’omniprésence de Death Stranding dans les nommés, cela ne m’empêche pas d’assister à la cérémonie qui permet de découvrir de nouvelles expériences vidéoludiques…

Dès le pré-show, les récompenses ont plu… et c’est par le meilleur soutien de la communauté que les festivités ont commencé, avec Destiny 2, de Bungie. Je ne suis pas spécialement adepte de ce style de jeu, mais il faut reconnaître les efforts mis en place pour accroître le contenu offert aux joueurs.

Première annonce world premiere avec un DLC pour le jeu Marvel Ultimate Alliance 3 sur Nintendo Switch avec l’arrivée de 2 personnages : Gambit et Phoenix pour le 23 décembre prochain.

Les Game Awards, c’est aussi une ouverture à des créateurs du monde entier, et nous avons eu la présentation du jeu Salaam, qui nous met dans la peau d’un réfugié. Créé par des développeurs eux aussi issus de l’immigration, ce jeu promet des sessions émouvantes. Je vais suivre ce titre de près, sa sortie a été annoncée pour l’été 2020.

Le second titre récompensant la musique a été décerné à Death Stranding (auquel, au moment où j’écris ces lignes, je n’ai toujours pas joué).

La world premiere suivante m’a fait sourire et j’étais aussi un peu étonnée de voir une telle expérience ! Imagine toi dans la peau d’un requin qui dévore les humains sur son passage … bienvenue dans Man Eater du studio Trip Wire… le genre de jeu complètement dingue mais qui a le mérite d’exister ! Sortie annoncée pour le 22 mai prochain 🙂

Petite averse de prix liés à l’esport pour la suite :

  • Meilleur coach esport : Zonic
  • Meilleur événement esport : le Championnat du Monde de League of Legends
  • Meilleur caster esport : Sjokz
  • Meilleure équipe esport : G2 esports

Je poursuis mon récap avec Dreams dans Jumanji ou l’inverse ? Hmm… il s’agit bien d’une reproduction de l’univers du film Jumanji (sorti en salles le 4 décembre, avec Jack Black et The Rock) dans le jeu Dreams, le symbole de la créativité ! Si tu n’as pas suivi l’actualité vidéoludique de ces derniers jours, le jeu signé Media Molecule sera disponible sur PS4/PS4 Pro le 14 février !

Humankind a lui aussi eu droit a sa world premiere. Ce jeu de gestion réalisé par Amplitude Studios et édité par SEGA promet lui aussi de belles sessions pour les amateurs du genre. Celui-ci sera disponible courant 2020, et il est d’ores et déjà possible de l’ajouter à sa wishlist Steam. Les graphismes sont bluffants et n’aura rien à envier aux Tropico et autres Civilization…

No More Heroes III a lui aussi été annoncé pour 2020, sur Nintendo Switch, avec un trailer dynamique, comme les autres épisodes de la licence.

La world premiere suivante m’a époustouflée ! Au mois de mars prochain sort Final Fantasy VII remake, des studios Square Enix. Je n’ai pas joué à l’original, mais là… les images sont de très belle facture et la bande originale est vraiment magnifiquement réorchestrée. Je ne pense pas y jouer car je ne suis pas une fidèle à cette licence que je ne connais que trop peu (je n’ai joué à aucun Final Fantasy…) mais j’ai hâte de lire les retours de passionnés de la saga !

Le meilleur jeu de combat de l’année a été décerné à Super Smash Bros Ultimate. Sorti sur Nintendo Switch, ce jeu demande une adresse et une stratégie sans commune mesure. Le rooster de personnages proposés est copieux et les musiques et décors sont très variés. J’ai joué quelques temps au jeu qui était un réel défouloir, avant de lâcher prise par manque de temps et d’entrain.

Vient la seule chance pour mon jeu de coeur, A Plague Tale: Innocence, de repartir avec un trophée, et ce ne sera pas pour cette année, le prix de la meilleure narration a été remis à Disco Elysium, qui ne l’a pas démérité pour autant.

Et là… une annonce imprévue mais qui m’a laissée sur mon séant !! La Xbox Series X est dévoilée devant nos yeux avec un court teaser et une présentation par Phil Spencer. Celle-ci ressemble à un PC boosté et sera disponible en fin d’année 2020 (ce qui nous laisse le temps de découvrir davantage d’informations sur ses spécificités). L’année prochaine sera réellement celle du renouveau avec l’arrivée sur le marché de la PS5 chez Sony et donc de la Xbox Series X !! Que le combat commence ! (entre les 2 constructeurs j’entends, et non pas entre joueurs…)

Cette même présentation a été accompagnée d’une démonstration de Hellblade 2 !! Le premier était déjà magnifique, celui-ci est à se décrocher la mâchoire devant les qualités démontrées pendant ce court trailer… il me tarde d’en voir plus !

Une autre découverte intéressante pendant ces Game Awards a été la présentation d’une école de code en Afghanistan, preuve que le jeu vidéo s’apprend aussi dans des pays où tout n’a pas été facile.

Le meilleur joueur esport récompensé est le jeune « Bugha ».

Une nouvelle world premiere nous a été montrée avec un nouveau jeu signé Gearbox, il s’agit de Godfall, qui sortira fin 2020 sur PS5. Ce nouveau slasher qui prend place dans un univers fantasy proposera une expérience solo à la première personne mais aussi un mode coopératif.

En matière d’audio, c’est Call of Duty: Modern Warefare qui a remporté la précieuse récompense. Selon moi, d’autres jeux la méritaient, dont A Plague Tale: Innocence. Les bandes originales de jeux sont de plus en plus impressionnantes et il est difficile de toutes les récompenser !

Quant au jeu de stratégie récompensé, il s’agit de Fire Emblem: Three Houses disponible sur Nintendo Switch. Je ne connais pas la licence, donc je ne me permettrai pas de critiquer le jeu en lui-même. Trailer pour te permettre de découvrir le jeu

Du côté des créateurs de contenus, c’est Shroud qui s’est vu gagner la reconnaissance de ses pairs. Ici une petite vidéo présentant ses talents…

Une nouvelle world premiere, qui plaira aux amateurs de RPG, est l’annonce par Square Enix, de Bravely Default 2, annoncé pour les mois à venir sur Nintendo Switch, sans plus de précisions.

Un nouveau jeu du studio PlayerUnknown, Prologue, a été annoncé avec un trailer de quelques instants, sans nous donner davantage d’informations.

Pendant ce temps, Control est reparti avec un nouveau Game Award. Même si je n’ai pas encore joué à ce nouveau jeu signé Remedy Games, et ayant bien apprécié Quantum Break (malgré ses défauts indéniables), je prendrai un peu de temps pour m’y poser sereinement.

Une courte vidéo sur les coulisses de la création de l’univers musical dans le prochain jeu CD Projekt Red, Cyberpunk 2077 était intéressante à découvrir pour ce jeu qui sera, à mon avis, en lice pour le titre du jeu de l’année 2020 !

Le meilleur jeu d’action de cette année 2019 est Devil May Cry 5 ! Un jeu où je n’ai découvert que la demo, que j’ai bien appréciée, sans aller plus loin par manque de temps. Etant néophyte dans la licence, je me suis tout de même régalée à jouer au premier jeu de la saga, un bon jeu pour décharger toute son énergie sans avoir peur de taper son voisin !

Pour apaiser un peu tout ça, un trailer tout mignon de Ori and the Will of the Wisps a été diffusé. Rappelons que le jeu qui devait initialement sortir le 11 février, aura un mois de retard pour être disponible le 11 mars. Comme il sera inclus dans le Xbox GamePass, je pense que je le prendrai, ainsi que le premier titre, Ori and the Blind Forest !

Du côté du Game for Impact, LA catégorie pour laquelle il m’est toujours difficile de faire un choix, c’est Gris qui a remporté cette belle récompense. Ce jeu est dans ma liste des jeux à faire au calme, tranquillement installée… ce que je devrais faire sans plus tarder !

Luigi’s Mansion 3 a été récompensé du meilleur jeu familial. Des retours que j’en ai eu autour de moi, celui-ci m’a l’air bien fun, à jouer avec des enfants comme des adultes… je ne demande qu’à tester !

Un peu de sport, si tu veux bien, avec le Game Award du meilleur jeu de sport ou de course, et c’est (à ma grande surprise… relative tout de même !) que Crash Team Racing Nitro Fueled que le trophée a été accordé. Nommé en face des sempiternels FIFA et EPES… de quoi changer un peu les habitudes !

Call of Duty Mobile, a, comme son nom l’indique, gagné le titre du meilleur jeu disponible sur nos smartphones… je ne joue qu’à des petits jeux indépendants quand je dois m’occuper en salles d’attente ou pendant de longs trajets, et les FPS sur mobile, je me demande bien ce à quoi cela peut ressembler…

Un trailer du jeu Weird West, que nous avons pu découvrir lors de l’X019 a été diffusé. Le studio Wolf-Eye nous offre ici un action RPG qui se déroule au Far West. Ce jeu indépendant, édité par Devolver Games, n’est pas sans rappeler la saga des Red Dead Redemption avec une patte graphique et une mécanique de jeu bien différentes.

Apex Legends a été élu quant à lui meilleur jeu multijoueur. Preuve que, malgré les critiques entendues ici ou là, les efforts se sont vus récompensés.

Comme annoncé lors du dernier State of Play mardi dernier, nous avons pu découvrir l’intégralité du trailer du très attendu Ghost of Tsushima, qui est une merveille visuelle. Bien que ce jeu ne soit pas dans un genre que j’apprécie, j’ai été agréablement surprise par les qualités de cette expérience vidéoludique !

Autre ouverture au jeu vidéo dans le monde avec cette fois-ci la présentation d’un jeu chinois, Naraka Bladepoint, un jeu de combat traditionnel. Réalisé par le studio 24 Entertainment, celui-ci devrait plaire à de nombreux joueurs. Même si je ne suis pas une adepte de base, je vais garder un oeil discret sur cette pépite.

Il fallait bien que Fortnite reparte avec un prix (oui, tu peux lire ici un soupir d’exaspération), et c’est celui du « best ongoing game » ou celui qui a toujours du nouveau contenu mis à disposition.

Le jeu esport de l’année est… League of Legends ! ce qui est peu étonnant quand on regarde la communauté de joueurs passionnés que représente le jeu.

Le meilleur jeu en réalité virtuelle ou réalité augmentée est Beat Saber ! Sans conteste l’une de mes expériences de réalité virtuelle préférées. Ce jeu de rythme propose de jouer avec un sabre dans chaque main et d’effectuer les mouvements requis tout en suivant le rythme de la musique installée. Disponible sur Steam et sur PSVR, de quoi partager d’agréables moments ! A réserver tout de même aux personnes un minimum sportives et à jouer de préférence avec suffisamment d’espace pour bien le savourer… A quoi ressemble Beat Saber ?

Pour la récompense du meilleur doubleur, une nouvelle fois Death Stranding se voit récompensé et c’est Mads Mikkelsen qui est l’heureux élu dans cette catégorie.

Nous arrivons bientôt à la fin de cette cérémonie et c’est au tour Reggie Fils-Aimé de monter sur scène pour décerner le prix du meilleur jeu indépendant. Après un discours encourageant pour tous ces petits développeurs que nous avons dans notre entourage, celui-ci rappelle que même les plus grands ont commencé petits pour ensuite évoluer. C’est donc Disco Elysium qui repart avec un nouveau prix, les nommés étaient tout de même très variés… et qui sait l’année prochaine aurons-nous à nouveau un jeu français parmi les nommés ?

Une petite annonce drôle pour le jeu Surgeon Simulator 2, qui, comme son nom l’indique est un simulateur de chirurgie. Jouable en VR, celui-ci ressemble au jeu Docteur Maboul que nous avons pu découvrir quand nous étions enfants.

Je poursuis avec une avant-première qui m’a, à titre personnel, beaucoup marquée et fait extrêmement plaisir, puisque c’est l’annonce du tant attendu The Wolf Among Us 2 ! Ce jeu Telltale, qui se déroule dans le monde des contes de fées, nous fait repartir à l’enquête dans un style tellement unique avec Big Bad Wolf… je suis impatiente d’en connaître la date de sortie !

La récompense de la meilleure direction artistique d’un jeu vidéo a été cette année remise à Death Stranding, avec une courte intervention de Hideo Kojima himself, que j’ai trouvé ému de recevoir un tel prix. Ce qui peut se comprendre après son départ houleux de chez Konami après la sortie du dernier épisode de la saga Metal Gear Solid ! Un nouveau départ vers de beaux horizons, c’est tout ce que je lui souhaite. Je compte me plonger dans Death Stranding dans les prochaines semaines…

Et là, je te vois d’ici, tu ne tiens plus en place sur ton fauteuil…

Tu me dis, « et le jeu de l’année alors ? » Il arrive… le temps que je me redresse sur le mien de fauteuil !

Remis par le duo Michelle Rodriguez et Vin Diesel (qui ont joué dans les films Fast and Furious) que c’est Sekiro, Shadows die Twice s’est vu remettre le prix du GOTY 2019 ! Une réelle surprise quand on sait que beaucoup de joueurs, analystes ou autres journalistes avaient misé sur le premier jeu indépendant d’Hideo Kojima. Bien que n’étant pas friande du jeu, son univers transporte et embarque sans que l’on s’en rende compte. Sa difficulté déroutante aura sans doute fait verser quantité de litres de sueur et fait énoncer de nombreux jurons, mais c’est bel et bien lui qui gagne la plus haute distinction remise lors de l’événement ! Toutes mes félicitations !

Je te mets ici à la fois l’orchestration qui a été proposée avec les nommés au précieux GOTY 2019… une merveille !

Passons maintenant à mon (bref) ressenti

Une cérémonie agréable, qui montre bel et bien la diversité du jeu vidéo, avec des interludes intéressants. L’annonce de la Xbox Series X est bel et bien amenée, un sacré coup marketing que de le faire pendant cette cérémonie qui est suivie par des millions de joueurs à travers le monde. Concernant la forme de la console, je ne suis aucunement choquée. Je préfère un graphisme épuré à trop de détails et chichis inutiles. Et du peu que j’ai lu en matière de spécificités, elle m’a fait rêver.

Les annonces de jeu m’ont confirmé ma passion du média vidéoludique, et mon penchant pour le côté obscur de la force avec les indépendants. J’ai déjà quelques expériences dans ma liste d’attente, qui ne fait que s’agrandir au fil des semaines et mois qui passent ! The Wolf Among Us 2 est la plus belle annonce que j’ai pu découvrir, je n’étais pas prête !!

Mon seul reproche, si je ne devais en avoir qu’un : les publicités ! J’ai beaucoup de mal avec les programmations à l’américaine avec des pubs qui n’ont rien à faire dans ce genre de cérémonie et qui cassent l’élan insufflé. De même pour l’annonce de certaines récompenses à la chaîne, ce qui peut parfois provoquer de l’incompréhension ou des oublis.

Si tu souhaites (re) découvrir la cérémonie, c’est par ici

Merci à toi d’avoir lu mon article !

Pour réagir, c’est dans la zone des commentaires que cela se passe 😉

A bientôt pour un prochain contenu dans mes Carnets 😉

#TGS2019, le salon de la déception ?

Hello toi !

Le weekend des 30 novembre et 1er décembre derniers avait lieu la 13ème édition du célèbre TGS ou Toulouse Game Show, qui, comme son nom l’indique, avait lieu dans la Ville Rose au doux parfum de violette !

Mon ressenti à l’issue de ce weekend est plus que mitigé, et je vais revenir sur le pourquoi du comment au long de mon article.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens tout de même à remercier le service presse du TGS Événements qui m’a permis d’accéder au festival.

D’autres remerciements seront partagés en fin d’article… mais pour l’heure, place aux choses sérieuses !

Tu le remarqueras d’entrée de jeu, contrairement à mes habitudes sur le blog, je ne te propose pas de tour d’horizon du salon, pour la simple et bonne raison que celui-ci était réparti sur 6 halls différents, couvrant une surface de presque 50 000 m² au travers desquels il n’était pas toujours facile de circuler.

C’est donc au travers de différents thèmes que je t’invite à me suivre aujourd’hui 😉

On ne change pas les bonnes habitudes, prépare tes baskets et ton sac à dos, c’est parti !

Commençons par les choses sympas, si tu le veux bien :

  • Le cosplay

L’art du cosplay était nettement présent pendant mon périple dans les allées du festival. De créations inspirées de personnages de jeux vidéo, d’anime, de séries ou bien autres domaines connus à des OC (other cosplay), j’ai découvert de réelles merveilles en matière de création. Les échanges avec les cosplayers sont toujours agréables, tant au niveau de la réalisation des costumes, de leurs accessoires, mais aussi des personnes qui se cachent sous ce que nous voyons. Les profils sont très différents, mais ce qui réunit toutes ces personnes, c’est avant tout la passion !

  • Des expositions

Des univers variés liés à la pop-culture étaient représentés sous la forme d’espaces agréables à sillonner et dans lesquels nous pouvions nous imprégner l’espace d’un instant de l’ambiance, ou bien encore découvrir des informations ou mieux comprendre l’environnement de ce que nous avions sous les yeux.

  • Des boutiques, beaucoup (trop) de boutiques

S’il y a bien une zone sur laquelle je fais (souvent) l’impasse sur les salons, ce sont bien les boutiques… tout simplement parce que lorsque je me rends quelque part, ce n’est pas pour acheter des figurines ou autres accessoires vendus à des prix plus élevés que dans nos boutiques en ville…

Je tiens ici à parler de petits créateurs et artisans, qui confectionnent avec soin de petits cadeaux à offrir à ses proches, ou à soi-même (il faut bien aussi penser à soi de temps en temps) !

J’ai ainsi pu découvrir des artistes dessinateurs, d’autres créateurs de bijoux ou bien encore une hydromellerie artisanale (l’hydromel étant à la base une boisson à base de miel fermenté). Différents talents qui étaient (malheureusement à mon goût) trop peu mis en avant face à la concurrence des commerçants que l’on retrouve à chaque salon…

  • Des restaurants, ici aussi bien nombreux

Qui dit événement, dit restauration, nous sommes d’accord. De là à entrer dans le premier hall avec des effluves de cuisines diverses et variées incommodantes (apparemment dues à un manque de ventilation, information à confirmer de la part de l’organisation), tout ceci met mal à l’aise une partie des visiteurs…

  • Des librairies, qui proposaient de quoi prendre de bons moments confortablement installés à dévorer les pages des précieux livres proposés

De mangas « Made in Toulouse » à des journaux ou encore des fanzines, tout le monde pouvait facilement y trouver son compte !

  • Un espace photocall

Pour les plus téméraires qui souhaitaient emporter avec eux quelques images de leur passage sur le salon, un lieu leur était réservé ! Plutôt sympa, n’est-ce pas ?

  • Différents espaces « invités » avec des acteurs de différentes séries, ou autres vidéastes (j’ai du mal avec le terme Youtubeur, qui peut sonner péjoratif dans certains cas) et une scène principale (que je n’ai pu aller voir)

Ce sont bien les rares espaces que je n’ai pu fréquenter, d’une part car, pour certains, il fallait avoir acheté un billet VIP (s’il te plaît, on ne rigole pas), te permettant de rencontrer certaines de tes stars préférées, et aussi de poser avec elles, et d’autres étaient disséminées dans les différents halls… ce qui est quelque peu compliqué quand on possède le plan complexe mis à disposition (à titre de comparaison, la Paris Games Week, qui s’étend sur 80 000 m² et 3 halls, est plus accessible !)

  • Des espaces de jeux (ah, enfin me diras-tu)

De bornes d’arcade en passant par un espace Nintendo Switch ou bien encore Playstation, il était possible de jouer un peu, seul ou entre copains, à, je précise, des jeux déjà disponibles dans les meilleures boutiques 😉

J’ai également rencontré un passionné, MVGS4 et son impressionnante collection de manettes de jeu… je n’ai pas compté mais elle est immense ! J’ai ainsi pu découvrir devant mes yeux un Graal, puisqu’il s’agit des manettes des consoles Sega Mark 1000, 2000 et enfin 3000 ! Et là, je t’entends me dire, « c’est quoi ça ? connais pas ! » Pour information, la Sega Mark 3000 est le nom donné au Japon à la Sega Master System, la console de mon enfance et sur laquelle tout a commencé il y déjà… quelques années !

  • Des écoles de création de jeux mais aussi de robotique étaient de la partie, comme sur chaque salon…
  • Un (tout) petit espace dédié aux jeux indépendants… minuscule !

Quand je suis passée devant ce lieu tout sombre, avec quelques PC mis à disposition, je me suis fait la réflexion « est-ce donc là la zone où je passe certainement beaucoup de temps sur les autres conventions ? » et oui. A ma grande déception...

J’ai donc découvert Faster than death, un jeu réalisé par le studio Haro Games, une création originale réalisée par un groupe de… lycéens ! Ces derniers sont avant tout des passionnés qui aiment participer à des Game Jam pour le fun… ce petit prototype propose au joueur de traverser différents niveaux avant que le compteur temps mis à disposition ne soit écoulé.

L’autre jeu que ce salon m’aura fait découvrir s’appelle Hand and Seek (jeu de mots avec « Hide and Seek » ou Cache-Cache en français)

Pour ce jeu, 2 joueurs sont requis (peu importe l’âge… ou tout autre critère…) l’un est placé devant un drap blanc, l’autre derrière. Le principe est simple : dans l’idée des ombres chinoises, il faut retrouver un objet caché dans l’image projeté sur l’écran face au joueur devant le rideau blanc avant la fin d’un temps imparti (ici une minute)… Ce n’est pas chose aisée, mais avec de l’entraînement, ça devrait aller. Une expérience toulousaine à découvrir uniquement en salon, étant donné le dispositif à mettre en place.

Voici ce qui, à mon avis, te donnera un aperçu de ce que j’ai pu découvrir 😉

Passons maintenant à certaines choses qui m’ont refroidie, voire irritée, et qui expliquent mon titre et la « déception » qui émanait en rédigeant mon article ressenti du Toulouse Game Show édition 2019 :

  • l’accueil des accrédités presse

J’ai eu cette « chance » de faire partie du « tiers d’élus » à avoir été accrédités pour le salon. Sur quels critères précis ? Aucune information communiquée. Soit. Quand je suis arrivée sur le salon, une table ridicule avec des numéros de téléphone à composer si personne n’était présent… d’accord ! Ensuite, on m’emmène dans un espace clos et je reçois mon sésame, un badge tout simple, sans aucune mention de coordonnées utiles en cas de besoin (quel qu’il soit).

Second point toujours lié à cet accueil, il ne m’a pas été possible de réaliser la moindre interview d’invités sur le salon… tout ceci à cause d’ « une petite case non cochée sur le formulaire de demande d’accréditation ! » Après vérification de ma part, j’ai réalisé ma demande par mail, et il ne m’a nullement été demandé si je souhaitais réaliser une quelconque interview.

  • Un autre (gros) point noir m’a frappé en me faufilant dans les allées du salon : l’accessibilité !

Sur le site de l’événement, il est indiqué que celui-ci est accessible aux PMR (personnes à mobilité réduite). J’en doute fortement, étant donné l’espace étriqué entre les stands, et l’affluence de visiteurs présents. Par ailleurs, je n’ai remarqué la présence d’aucun lieu leur permettant de se reposer un moment pendant leur visite. Pour avoir échangé avec un visiteur en fauteuil roulant, il m’a confirmé la galère qu’il a eu pour se déplacer à travers les différents halls… dommage !

  • Une petite redite… sur les bruits/odeurs ambiants !

Un tel salon qui fait bouger les foules provoque du bruit, nous sommes bien d’accord. De là à se retrouver incommodé par les différentes pollutions présentes sur le salon, ce n’est pas normal. Nous avons été plusieurs visiteurs à en pâtir, et je n’irai pas dans les détails mais j’en ai quelque peu subi quelques conséquences (qui n’étaient pas liées à mes quelque 10 heures de voyage effectuées la veille pour rejoindre Toulouse).

  • Les Halls, un vrai labyrinthe !

Quand je suis arrivée sur le salon, il ne m’a pas été donné de plan avec mon badge presse, je me suis donc mise en quête du précieux plan des lieux… Et je découvre la présence de 6 halls ! (insère ici le smiley de la peur) Autant te dire que je me suis demandé par où commencer… j’ai réussi à en parcourir certains, mais même avec les 2 jours devant moi, je n’ai pas pu tout voir.

Du coup, mon ressenti global : un salon sympa pour tout amateur de pop-culture, avec de chouettes expositions, des invités de marque, des animations et conférences qui me semblaient intéressantes (bien que je n’ai pu en profiter), des rencontres sympathiques avec de petits créateurs auprès de qui je compte me renseigner pour des emplettes, ou des cosplayers sympathiques (ce milieu dans lequel je suis tombée malgré moi depuis quelques mois maintenant…) des retrouvailles avec quelques connaissances…

Cependant, pour moi la tranche d’âge visée est clairement plus jeune que la mienne, des adolescents ou jeunes adultes. J’ai parcouru différents salons, avec des fréquentations plus ou moins importantes, et ce détail m’a beaucoup frappée… toutes les générations n’étaient pas représentées pendant ces 2 jours de salon, à quelques semaines des festivités de fin d’année ! Sans aborder le sujet du tarif demandé, légèrement excessif à mon goût, avec certains stands qui demandaient des suppléments au même prix de ces places… où va-t-on ?

Je tiens tout de même à terminer sur une note (non, 2) positive !

Un grand merci à Davy Mourier et Thomas Combret pour leur amabilité pour le selfie pris en sortant du festival le dimanche soir ! J’en profite pour faire un coucou à l’ami Rob de Freitas qui réalise les animations pour les Bad News, émissions présentées par notre duo. Voici ici l’une de leurs dernières émissions proposées (attention émissions réservées à des personnes réceptives à l’humour noir)

Le petit selfie en question…

Enfin, un remerciement particulier aux amis Lisa alias La Geek en Rose, dont tu peux retrouver le blog ici : https://www.lageekenrose.com/ et à son compagnon JP, connu sous le pseudo de Lord of Screen qui propose quant à lui des critiques cinéma sur sa chaîne Youtube (qui a connu une activité récente un peu plus calme suite à quelques changements de rythme personnel).

Merci à toi pour ta lecture.

A très bientôt pour un prochain Carnet 😉