Archives mensuelles : septembre 2019

Quelques séries qui m’ont marquées – #1 : Été 2019

Hello à toi !

Parmi toutes mes passions, la découverte de nouvelles séries en est une qui prend de plus en plus de place dans ma vie !

Entre 2 sessions de travail, ou le soir pour décompresser d’une bonne journée, quoi de mieux que de se poser confortablement dans son canapé et de regarder quelques épisodes d’une série que l’on affectionne !

Je vais te parler ici des 3 séries qui m’ont marquées cet été, et je reviendrai régulièrement sur ce que j’ai pu suivre et en parler avec toi en commentaires, ici sur le blog ou sur mes différents réseaux sociaux !

L’avis donné ici est totalement subjectif, et correspond à mon point de vue. Nous pouvons ne pas être d’accord, et les échanges construits aident à mieux se comprendre et parfois élargir nos horizons.

Je commence avec LA série qui m’a presque donné envie d’aller en enfer, tant elle est magnifiquement réalisée, je parle ici de la série Lucifer, aujourd’hui diffusée sur Netflix (4 saisons disponibles, la 5ème arrive très prochainement).

De quoi s’agit-il ? C’est une série où l’on retrouve Lucifer Morningstar (Étoile-du-matin, dans sa VF) qui est donc le fils de Dieu incarnant le mal et les enfers, qui, après être revenu à la vie, a décidé de poser ses ailes diaboliques et de s’installer dans la sulfureuse ville de Los Angeles, connue pour ses excès en tout genre. Il va se retrouver à enquêter avec le LAPD (police de la ville) aux côtés de Chloe Decker et sera rapidement intégré à l’équipe d’enquêteurs pour un duo où se mélangent les émotions.

Au travers des frasques de notre héros, nous découvrons ainsi que nous avons tous des secrets inavouables et inavoués et que certains sont bien plus loufoques que d’autres. Cette série aux tonalités sombres est agréable à suivre avec cette petite pointe d’humour dont seul Tom Ellis (qui incarne Lucifer) a le secret.

Tout d’abord diffusée sur la FOX, Lucifer est apparue dans le catalogue Netflix à compter de sa saison 4. La saison 5 arrive dans quelques semaines, et ce sera la dernière (à mon grand regret). Une série qui se déguste avec passion quand on accroche à l’intrigue.

Je continue mon tour d’horizon des séries qui m’ont marquées, avec Mozart in the Jungle, diffusée sur Amazon Prime (4 saisons disponibles, la série étant stoppée, elle y figure donc dans son intégralité).

Dans celle-ci, nous suivons Rodrigo (incarné par l’acteur Mexicain Gael García Bernal, qui a joué dans Babel, 21 grammes, La Science des rêves…) qui décide de quitter New York et son orchestre pour aller en Italie. Nous retrouvons certains acteurs connus comme Monica Bellucci et d’autres moins connus !

Je suis allée découvrir cette série car j’apprécie beaucoup l’acteur Gael García Bernal, et par intérêt pour la musique classique ! La série est plutôt bien construite malgré quelques déséquilibres que j’ai trouvé désagréables.

Un bon moment à regarder cette série mais je n’irai pas jusqu’à me le procurer sur support Blu-Ray, contrairement à la précédente !

Pour finir, la suite de ma saison de cœur, 13 Reasons Why pour sa saison 3 disponible elle aussi sur Netflix !

Disponible depuis le 23 août dernier, nous retrouvons la suite de cette série dont la première saison m’avait beaucoup touchée de par ses sujets abordés mais aussi par le jeu d’acteurs des différents protagonistes !

Dans cette saison, nous apprenons le décès brutal de Bryce Walker. Les 13 épisodes qui composent la série vont donc nous proposer de jouer à l’enquêteur et de tenter de deviner qui est le meurtrier. Tout comme les 2 saisons précédentes, les thèmes abordés sont relatifs à l’adolescence et des thèmes violents tels que le viol, le harcèlement scolaire ou bien encore le suicide (parmi d’autres) sont abordés.

Je reste déçue quand à cette saison que je qualifierai de saison de trop. Je sais d’ores et déjà qu’une saison 4 est prévue pour terminer cette série dont j’avais été (dés)-agréablement surprise par la qualité et l’adaptation du livre de Jay Asher (du même titre, sous un point de vue différent) est somptueuse. Je la trouve bien en-deçà des premières saisons et je diviserai la série en 2 parties : les saisons 1 et 2 d’une part et les saisons 3 et 4 d’autre part. Le jeu des acteurs n’a rien à envier aux saisons précédentes mais c’est bel et bien au niveau du scénario que je ne me suis pas retrouvée. Pourquoi un tel focus sur Bryce Walker (sans spoiler les 2 saisons précédentes…). Je vais m’arrêter là, pour que quiconque n’a pas encore été regarder le moindre épisode puisse comprendre par lui-même mes interrogations.

Et toi, quelles ont été tes séries estivales ? L’espace des commentaires est ouvert pour recueillir tes recommandations (je dispose de Netflix et Amazon Prime chez moi, je ne suis pas abonnée à d’autres services pour le moment, et ai déjà beaucoup de retard sur mes listes de souhaits pour prendre d’autres souscriptions).

A bientôt sur le blog !

Les votes pour les Golden Joystick Awards 2019 sont ouverts !

Hello !

Nous arrivons (déjà) dans le dernier trimestre de cette année 2019 qui a été riche en émotions vidéoludiques.

La fin de l’année approchant, de nombreux prix et récompenses vont être remis et aujourd’hui, je viens te parler des Golden Joystick Awards, remis par le site britannique GamesRadar+ !

La sélection proposée est très riche et ce ne sont pas moins de 14 votes qui t’attendent, et tu peux participer jusqu’au 15 novembre prochain.

Je vais ici te présenter les catégories proposées, et ma sélection. Ceci n’a pas pour but de t’influencer.

Nous ne sommes que fin septembre, certains choix ont été réalisés par défaut, et je le préciserai à ce moment-là, n’ayant ni eu le temps ou l’opportunité de jouer aux expériences présentées et ne pouvant les ignorer pour passer à la catégorie suivante.

C’est parti !

1 – Best story telling (en lien avec la narration du jeu et son histoire) Choix par défaut, ne me retrouvant dans aucun des jeux cités !

  • Control
  • Days Gone
  • Eliza
  • Fire Emblem: Three Houses
  • Metro Exodus
  • Mortal Kombat 11
  • Observation
  • Outer Worlds
  • Sunless Skies
  • Telling Lies

J’ai choisi Metro Exodus, que j’ai pu prendre en mains pendant quelques heures, et l’on sent l’inspiration littéraire qui a permis de créer l’ambiance du jeu. Je n’ai à ce jour pas encore mis la main sur les romans mais j’en ai bien l’intention. Même si j’ai lâché le jeu à cause d’un gameplay lourd, je pense que j’aurais pu à mon grand étonnement poursuivre l’aventure si je n’avais pas rencontré cette contrainte.

2 – Multiplayer

  • APEX
  • Borderlands 3
  • FIFA 20
  • Mortal Kombat 11
  • Red Dead Online
  • Super Smash Bros Ultimate
  • Tetris 99
  • The Dark Pictures: Man of Medan
  • The Division 2
  • eFootball PES 2020

J’ai choisi Man of Medan (dont tu peux retrouver mon ressenti sur le blog) pour sa proposition de jeu en coopération jusqu’à 5 joueurs dans la même pièce, ce qui n’est pas courant pour nos jeux vidéo actuels.

3 – Best Game Expansion (prix pour la meilleure extension de jeu disponible cette année)

  • Civilization V Gathering Storm
  • Destiny 2 Shadowkeep
  • Final Fantasy XIV Shadowbringers
  • Forza Horizon 4: Lego Speed Champions
  • GTA Online Diamond Casino Update
  • Monster Hunter World: Iceborne
  • No Man’s Sky Beyond
  • Sea of Thieves Anniversary Update
  • The Elder Scrolls Online: Elsweyr

Je joue de temps en temps à Sea of Thieves avec des amis, et ce jeu est magnifique, d’accès gratuit lorsque l’on est abonné au Xbox Gamepass et ce jeu ne cesse d’avoir des contenus supplémentaires. Une initiative à saluer de la part de l’équipe de développement de chez Rare Studios.

Best Indie (jeu indépendant)

  • A Short Hike
  • Baba is you
  • Devotion
  • Knights and Bikes
  • Observation
  • Outer Wilds
  • Sayonara Wild Hearts
  • Slay the Spire
  • Sunless Skies
  • Telling Lies

J’ai découvert Knights and Bikes de part le compositeur de son OST Kenny Mc Young, à qui l’on doit celle de Little Big Planet ou Tearaway, et qui a participé sur Dreams. Ce jeu se joue en coop à 2 et je l’ai sur mon PC en attendant de trouver un volontaire !

4 – Best Audio

  • A Plague Tale: Innocence
  • Ape Out
  • Cadence of Hyrule
  • Control
  • Days Gone
  • Observation
  • Outer Wilds
  • Resident 2 Remake
  • Tetris Effect
  • The Light Keeps Us Safe

Outre le fait que A Plague Tale: Innocence soit mon jeu de l’année, je suis une admiratrice du travail du compositeur qu’est Olivier Derivière, qui a notamment travaillé sur des licences comme Remember Me ou bien encore Vampyr. Il était donc naturel pour moi de voter pour ce jeu français dont je n’ai pas encore trop parlé sur le blog mais cela ne saurait tarder !

5 – Still Playing (les jeux qui, bien des années après leur sorties, restent encore et toujours joués, avec du succès)

  • Destiny 2
  • Elite Dangerous
  • Fortnite
  • GTA Online
  • Minecraft
  • Rocket League
  • The Elder Scrolls Online
  • Rainbow Six Siege
  • Warframe
  • World of Warcraft

Mon choix s’est porté sur Minecraft, que je n’ai que peu testé, car chronophage. J’apprécie le concept de construction avec une atmosphère reposante. Mes capacités de création artistiques étant limitées, je n’ai pas plus touché que ça à ce jeu. Pourquoi pas y revenir…

6 – Best Gaming Hardware (on parle ici de matériel) S’il y a bien une catégorie où j’ai dû voter par défaut c’est celle-ci. D’autant plus que les choix proposés m’ont surpris…

  • Honor 20 Pro
  • Nintendo Labo VR
  • Nintendo Switch Lite
  • NVidia 20 series
  • Oculus Quest
  • Razer Blade 15
  • Sega Megadrive/Genesis Mini
  • Valve Index
  • Xbox Elite Wireless Controller series 2
  • Xbox One S All-Digital Edition

J’ai voté pour la Megadrive Mini ! On l’attendait tellement ! Le jour où j’écris ce post de blog, je ne l’ai pas encore testé et ne la prendrai pas à sa sortie, mais un peu plus tard. J’attends d’avoir des retours complets de la part d’amis passionnés.

7 – Esport Game

  • Call of Duty Black Ops 4
  • Counter Strike
  • Dota 2
  • FIFA 19
  • Fortnite
  • League Of Legends
  • Overwatch
  • PUBG Mobile
  • Super Smash Bros Ultimate
  • Rainbow Six Siege

J’ai choisi ici Overwatch, de Blizzard. Je l’ai certes découvert dans des circonstances particulières, il m’arrive encore de prendre le temps de quelques parties entre amis, dans le fun et la décontraction la plus totale. Je me suis attachée à certains personnages, et voir le jeu en perpétuelles améliorations me donne envie de continuer mes aventures !

8 – Best VR/AR Game

  • Beat Saber
  • Ace Combat 7: Skies Unknown
  • Blood and Truth
  • Déraciné
  • Falcon Age
  • Harry Potter: Wizards Unite
  • Nintendo Labo: VR Kit
  • No Man’s Sky Beyond VR
  • Tetris Effect
  • Trover Saves the Universe

Parmi toutes les expériences proposées, je n’ai pu en découvrir que très peu, la majeure partie d’entre elles étant proposées sur le PSVR que je ne possède pas. Beat Saber est sans doute l’un des jeux VR qui m’aura le plus fait suer (dans le sens original du terme) et sa version PC permet de jouer sur les morceaux de notre playlist, ce qui est au top ! Si tu ne l’as pas essayé, fonce !

9 – Studio of the Year

  • 4A Games
  • Capcom
  • Digital Extremes
  • Epic Games
  • Hello Games
  • Media Molecule
  • Mobius Digital
  • Nintendo
  • Remedy Entertainment
  • Respawn

Ici, c’est mon coeur de joueuse qui a voté. Media Molecule est l’un des studios que j’affectionne plus particulièrement. C’est grâce à lui que j’ai pu découvrir des licences comme Little Big Planet ou bien encore Dreams, des jeux uniques, avec un appel à la création pour les joueurs. Je me contente de parcourir les chefs d’oeuvre déjà créés et je me régale !

10 – Mobile Game of the Year (choix par défaut, n’étant pas une grande joueuse mobile)

  • BTS World
  • Command and Conquer: Rivals
  • Dr. Mario World
  • FM: Touch 2019
  • Grind Stone
  • Harry Potter: Wizards Unite
  • Kids Double Fine
  • Mighty Quest
  • Sky: Children of The Light
  • The Elder Scrolls: Blade

Dans cette sélection, des expériences variées. Lors de mes longs trajets, je préfère prendre avec moi (quand j’y pense) ma Switch si j’ai réellement envie de jouer. Pour le coup, je ne peux trop m’exprimer.

11 – PC Game of the Year

  • Age of Wonders: Planetfall
  • Anno 1800
  • Dicey Dungeons
  • F1 2019
  • Heaven’s Vault
  • Slay the Spire
  • Sunless Skies
  • Team Fight Tactics
  • Total War: Three Kingdoms
  • World of Warcraft: Classics

Peu expérimentée en matière de jeux PC (je joue à des expériences indépendantes, très peu de jeu à grand succès), j’ai découvert ce jeu à la suite d’une invitation d’ami. Gratuit, il est assez sympa même si demande un temps d’adaptation pour en comprendre les mécaniques, ce qui, de mon côté, après plusieurs heures de jeu, toujours pas le cas.

12 – Playstation Game of The Year

  • Blood and Truth
  • Concrete Genie
  • Days Gone
  • Dreams
  • Déraciné
  • Erica
  • Final Fantasy XIV: Shadowbringers
  • Judgment
  • Medievil
  • Tetris Effect

Cette année, ma PS4 a très peu tourné. J’ai sélectionné Dreams, un réel appel à la création, une bouffée d’air frais parmi tous les jeux sombres du catalogue, de quoi passer de longues heures à se détendre… je ne me le suis pas encore procuré, mais cela ne saurait tarder !

13 – Nintendo Game of The Year

  • Astral Chain
  • Cadence of Hyrule
  • Dragon Quest Battle 2
  • Fire Emblem: Three House
  • Pokémon Let’s go
  • Super Mario Maker 2
  • Super Smash Bros Ultimate
  • Tetris 99
  • Yoshi’s Crafted World
  • Zelda: Link’s Awakening

A ma propre grande surprise, je choisis le dernier jeu Zelda sorti sur Nintendo Switch. Tout fraîchement sorti, je compte me l’acheter dans les jours qui arrivent pour découvrir ce jeu, n’ayant pas possédé sa version originale sur Game Boy. Hâte de voir ce que va donner cette aventure !

14 – Most Wanted (choix tristement réalisé par défaut, ayant d’autres attentes de petits jeux idépendants)

  • Animal Crossing: New Horizons
  • Cyberpunk 2077
  • Disintegration
  • Doom Eternal
  • Dying Light 2
  • Elden ring
  • Final Fantasy VII Remake
  • Halo Infinite
  • Marvel Avengers
  • The Last of Us Part 2
  • Watch Dogs Legion

Parmi toutes les oeuvres mentionnées, j’ai choisi le remake de Final Fantasy VII, qui est (selon les connaisseurs et amateurs de la licence, l’un des meilleurs) ! je n’ai pas choisi certaines autres licences car je ne suis pas adepte de ce genre d’expériences.

Nous arrivons à la fin de ce long article, n’oublie pas toi aussi de voter grâce au lien suivant : https://www.gamesradar.com/vote-for-your-favorite-games-of-the-year-in-the-37th-golden-joystick-awards-2019/

Nous pourrons ainsi confronter nos sélections et échanger à ce sujet !

A bientôt sur le blog 😉

Chernobyl, magnifiquement flippante !

Hello cher lecteur !

Aujourd’hui, un nouvel article sur des séries que je découvre avec plus ou moins de retard. Celle dont je vais te parler aujourd’hui m’a beaucoup marquée, il s’agit de Chernobyl, diffusée sur la chaîne américaine HBO (et OCS chez nous) !

Avant d’entrer dans les détails qui constituent la série, je tiens à remercier Thomas, grâce à qui j’ai pu la découvrir !

Cette mini-série, composée de 6 épisodes, a été diffusée entre mai et juin de cette année sur HBO (Etats-Unis) et Sky (Royaume-Uni).

De quoi parle-t-elle ? Elle aborde le délicat sujet de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, survenu dans la ville de Prypiat en ex-URSS (Union des Républiques Socialistes Sovétiques), dans l’actuelle Ukraine, à une trentaine de kilomètres de sa capitale, Kiev. Cette même catastrophe a eu lieu le 26 avril 1986 et aura marqué à jamais les esprits de ceux qui l’ont vécu, de près ou de loin, mais aussi aura provoqué de nombreuses réactions au sein de la communauté scientifique.

Ce triste événement aura causé de nombreuses morts auprès des techniciens de la centrale, des pompiers qui ont tenté d’éteindre l’incendie des réacteurs, mais aussi des habitants de la ville. Sans compter les dégâts irréversibles qui touchent encore, à l’heure actuelle les habitants survivants, mais aussi leurs enfants. Aujourd’hui, 33 ans après, l’incident reste encore gravé dans les mémoires et nous avons (je pense) encore tant à apprendre des erreurs qui ont pu être commises lors de cette tragédie.

La série nous propose de revivre l’événement comme si nous en étions spectateurs, avec les moyens techniques de l’époque, bien moins développés qu’actuellement et ce décalage aussi entre Europe de l’Est et Europe de l’Ouest. Il m’est arrivé à de nombreuses reprises de m’insurger devant mon écran, ou bien encore de me poser de nombreuses questions sur les choix réalisés par les équipes présentes sur place. Tout ceci m’interpellant au plus haut point.

Soigneusement réalisée, avec des détails surprenants et des reconstitutions magnifiques, j’ai été captivée par ces épisodes d’une durée plutôt longue mais suffisante (entre 45 et 60 minutes, générique compris), et un côté haletant qui ne donne pas envie de binger cette même série devant l’effroi et la stupéfaction qui se sont emparé de moi au visionnage !

Une série que je te recommande si tu souhaites davantage comprendre ce moment de l’histoire dont nous ne parlons que trop peu aujourd’hui et qui pourtant, aura eu de nombreuses répercussions sur nos vies quotidiennes.

Pour aller plus loin, et si tu as envie d’en savoir plus, je te propose de lire/regarder ce magnifique livre d’Igor Kostine : Tchernobyl : Confessions d’un reporter. Dans cet ouvrage, l’auteur nous invite à l’accompagner sur le reportage et témoignage authentique qu’il a pu réaliser sur cette même catastrophe, au moyen de photographies, le tout avec des explications précieuses qui permettent de mieux comprendre le contexte.

Igor Kostine s’est éteint en 2015, à l’âge de 59 ans, de la suite des radiations qu’il a reçues en 1986. Dans cet article du monde, daté du moment de son décès, le journaliste revient sur un parcours unique, qui a le mérite d’être connu : https://www.lemonde.fr/culture/article/2015/06/24/la-mort-d-igor-kostin-l-il-de-tchernobyl_4661019_3246.html

Voici un ressenti sur une série qui me donne envie d’aller en découvrir de nouvelles !

A très bientôt sur le blog 😉

Man Of Medan, à la hauteur de Until Dawn ?

Hello cher lecteur !

Aujourd’hui, un post un peu particulier, puisque je ne compte pas te proposer un test, comme tu pourras en retrouver sur de nombreux sites.

Man of Medan, premier jeu issu de la série The Dark Pictures Anthology, du studio Supermassive Games…

Ce que je vais te proposer est un ressenti, il n’engage donc que moi (avec mon vécu et mes émotions…)

Tout ceci, sans spoiler le moindre moment ou visuel du jeu. C’est pour cela que tu n’auras aucune capture provenant de mon expérience…

Je précise que j’écris ce ressenti après une partie en duo avec l‘ami José, qui se reconnaîtra, et que nous avons tous 2 joué sur Xbox One X.

Tout d’abord, l’histoire nous conduit à bord d’un bateau où se retrouvent 5 amis pour une balade en mer à la recherche de trésors sous-marins. Jusqu’ici, rien de plus banal me diras-tu. Lorsque ces derniers vont se trouver nez-à-nez avec une carlingue d’avion datant de la seconde guerre mondiale.

Tour à tour, tu vas incarner l’un des 5 protagonistes du jeu (Conrad, Fliss, Julia, Brad et Alex), chacun ayant ses propres traits de caractères dominants, qui vont influer sur tes choix, et aussi ses propres liens avec les autres personnages les entourant.

Tu vas donc avancer au fil de l’histoire avec des choix à effectuer, plus ou moins délicats, chacun impactant directement la suite de l’aventure.

Tu vas aussi être confronté à des ennemis, plus ou moins virulents. Certains passages sont joués avec des QTE (Quick Time Event) où tu dois rapidement appuyer sur la touche apparaissant à l’écran pour évoluer. Ah ces fameux QTE ! Une plaie et une honte !! S’il y a bien un point noir dans ce jeu, ce sont bel et bien ces fameuses apparitions que je qualifierai de sauvage ! Même avec la meilleure dextérité dont font part certains de mes amis, nous avons tous eu cette même réaction de rage et de colère quand nous avons raté l’un d’entre eux ! Je te mets au défi de tous les réussir, et crois-moi, c’est un sacré challenge !

Niveau ambiance, là par contre, on sent que Supermassive Games veut nous embarquer dans une aventure horrifique et la musique est juste très immersive et les bruitages apportent un sacré plus dans cette aventure. Pour moi qui suis très attentive à toute l’ambiance sonore, bien plus qu’au gameplay, je suis conquise.

Le gameplay, parlons-en un peu. Si l’on met à part les QTE, graphiquement je suis aussi un peu déçue de l’animation des personnages, que je trouve très rigides et sans réelle âme. Même si la modélisation des visages a du bon, je ne trouve pas une réelle différence (du moins, je n’ai pas eu cet effet wahou !) avec Until Dawn qui date, déjà, de 2015. Le limpsync (animation de la bouche) laisse un peu à désirer, malgré des doublages en anglais de qualité, et une version française qui est agréable (même si en général, je joue à tous mes jeux en VO, du moins quand je suis en solo). Les environnements sont quant à eux bien modélisés, on se repère facilement dans les différents espaces à explorer.

Au final, que penser de ce Man of Medan (après une session d’environ 2 heures de jeu, ce qui représente environ la moitié de l’aventure) ? Je reste un peu sur ma faim, je pense renouveler l’expérience, comme avec tout jeu narratif que je possède, pour tenter de voir si les choix ont un réel impact sur la conclusion de l’histoire. Les QTE (et je pense que mes termes restent corrects) sont un réel gâchis de gameplay, et la rigidité des personnages date d’une autre époque (pour avoir joué à The Last of Us lorsque j’ai acquis ma PS4, en 2017, le jeu était lourd de ce point de vue là, mais était sorti à l’origine en 2013 sur PS3, et ce à quoi j’ai joué n’était qu’un remaster sorti sur PS4 donc il est pardonné…)

Autre point que j’ai oublié de mentionner, nous étions 4 et pensions pouvoir jouer tous ensemble à l’aventure, et bien ce ne fût pas le cas. Nous avons dû former des duos. En effet, le jeu propose la possibilité de jouer jusqu’à 5 joueurs, mais uniquement en local, tous dans la même pièce et chacun prenant la manette à son tour. Dommage !

Et toi, qu’en as-tu pensé ? Si tu le souhaites, tu peux partager ton ressenti en commentaire de l’article, cet espace est le tien. Je viendrai te répondre avec plaisir !

A bientôt sur Les Carnets d’Enaid 😉

Les robots vont-ils nous remplacer ?

Hello à toi !

Aujourd’hui, lancement d’une nouvelle rubrique, déjà existante dans mon précédent blo, il s’agit de mes Tribunes. Je vais ici prendre certains sujets, et tenter d’apporter une réponse, qui sera complètement personnelle.

Tu pourras toi aussi si tu le souhaites, venir apporter ton avis sur la question posée dans l’espace des commentaires. Un échange constructif est le bienvenu, et tout éclairage est une source d’informations non négligeable.

Samedi 14 septembre dernier, je suis allée à l’animation Carrément Robots, à Saint-Herblain, dans la périphérie nantaise, organisée dans le cadre de la Nantes Digital Week et en dialoguant avec des visiteurs, mais aussi des salariés de l’entreprise Intuitive Robots, nous avons eu une courte discussion, mais intéressante sur la place des robots dans notre société.

Cruzr, l’un des robots présentés pendant cette animation Carrément Robots !

Si tout comme moi, tu es passionné de jeux vidéo, tu auras tout de suite à l’esprit le sublime jeu du studio français de David Cage, Quantic Dream, Detroit: Become Human, dans lequel se pose la grande question de la place que peut prendre l’Intelligence Artificielle dans notre quotidien. Pour éviter tout spoil, j’indiquerai juste que nous y incarnons tour à tour 3 androïdes, Kara, Connor et Markus, chacun ayant des fonctions et habilités bien différentes. De nombreux autres sous-thèmes y sont habilement abordés, et cette aventure narrative est d’une telle densité que ce jeu est pour moi, mon GOTY (Game Of The Year, Jeu de l’Année en français).

Dans une vie où l’automatisation prend de plus en plus de place, bien que le phénomène ne soit pas nouveau, quand on regarde l’évolution de nos vies, de nombreux appareils remplacent des tâches qu’effectuaient nos ancêtres et qui nous semblent fastidieuses lorsqu’il s’agit de les réaliser nous-mêmes, je citerai par exemple : la machine à laver (qui n’est jamais tombé en panne ? Les lavages à la main deviennent rapidement un enfer…) ou bien encore la machine à coudre, qui a simplifié la vie de bien des ménagères (aussi bien de plus que de moins de 50 ans, si vous avez la référence) !

Ce même samedi après-midi, j’ai pu « échanger » quelques mots avec certains robots, et je me suis rapidement rendue compte d’une chose, tous étaient programmés pour répondre à des questions données avec des réponses plus ou moins précises. Aucun d’entre eux ne m’a pris par la main pour monter à l’étage du bâtiment ou pris l’ascenseur avec moi. Et au vu de la discussion que nous avons eue avec les salariés de la société précédemment nommée, ce ne sera pas demain la veille. Bien que certains robots soient autonomes, il n’en demeure pas moins que ceux-ci restent minoritaires et utilisés dans des domaines bien particuliers.

De plus, autre point non négligeable, un robot n’est rien sans l’homme ! Il en faut pour programmer les systèmes, les assembler, et les concevoir dans leur globalité. A partir de là un constat s’impose : nous devrons encore patienter pour trouver des entités robotiques complètement autonomes. Ces dernières nous simplifient la vie, mais elles ont besoin de nous humains pour les accompagner. Lorsque j’entends ici ou là qu’elles remplacent les hommes, je dirais qu’elles nous aident à éviter d’avoir à effectuer des missions répétitives pour nous focaliser sur des activités qui demandent davantage de réflexion. Les robots présentés ce même-jour permettaient de donner des itinéraires, ou bien de participer à la gestion de flux dans des espaces touristiques, ce qui dégage du temps pour du personnel pour gérer toute une partie de leur temps de travail à réaliser des actions qui requièrent davantage de temps et permettent elles aussi de rendre le travail plus intéressant et palpitant pour un salarié. Pour avoir moi-même exercé dans le tourisme, lorsque l’on répond un nombre incalculable de fois à la même question, au bout d’un moment, un robot peut sans souci prendre notre place.

De nombreuses multiples autres occasions peuvent ainsi être employées, tout à chacun aura à l’esprit des idées de situations où un robot peut venir en complément de personnel humain.

Pour conclure ce sujet et donc répondre à la question que je me suis posée, ma réponse n’est ni un OUI ni un NON francs, je dirais bientôt, mais pas tout de suite ! Il reste encore beaucoup de recherche à effectuer pour que ceux-ci deviennent parfaitement autonomes, et sans l’homme, ce ne sont que des amas de matériaux et composants divers, assemblés pour réaliser des actions et nous aider.

Il me tarde de voir cette automatisation dans des applications utiles à la société, et nous en voyons déjà les prémices, qui restent tout de même relativement timides. Je suis aussi technophile, débutante certes, mais intéressée par tout ce qui nous permettra d’évoluer et avancer vers de meilleurs horizons.

Et toi, as-tu un avis sur le sujet ? Qu’il soit tranché ou plus partagé, c’est dans l’espace de commentaires que je t’invite à développer tes arguments, et ainsi poursuivre ce débat qui s’annonce fort passionnant pour les années à venir !

Bonne fin de journée et à très bientôt sur le blog 😉

Apollo 11, un voyage spatial inoubliable !

Réaction écrite dès la sortie de la séance… je n’étais pas encore tout à fait redescendue sur Terre… la Lune a encore bien des mystères à dévoiler…

Samedi 7 septembre dernier, j’ai eu la chance d’assister à l’une des rares projections au cinéma du documentaire américain Apollo 11.

Ce dernier, projeté à l’occasion du premier pas sur la Lune, proposait des images uniques de ce premier voyage dans l’espace, de ses préparatifs au retour des 3 astronautes sur Terre !

Des images à couper le souffle, le tout accompagné par une musique qui nous porte dans l’ambiance, de quoi se sentir proche de l’équipage constitué de Neil Amstrong, Buzz Aldrin et Michael Collin.

Les deux heures que durent ce film documentaires ne paraissent rien quant à la qualité du montage et la quantité de documents exclusifs qui nous sont proposés !

Je n’aurai qu’un seul regret, la rareté de sa projection, 6 séances me paraissent bien trop peu pour permettre à celle ou celui qui se passionne pour le sujet ou qui par simple curiosité aurait aimé admirer cette magnifique réalisation.

Je n’ai aucune information à ce jour quant à une possible édition en blu-ray de ce témoignage d’un événement mondial. Je l’espère fortement pour que ces images se pérennisent auprès des générations futures…

Et toi ? As-tu toi aussi eu cette chance que de pouvoir aller découvrir ces images ? Qu’en as-tu pensé ?

C’est à toi de me répondre dans les commentaires (juste en-dessous) et je viendrai te répondre avec grand plaisir 😉

A bientôt sur Les Carnets d’Enaid !

Quand l’amitié tourne à la toxicité…

Hello à toi cher lecteur,

Aujourd’hui je lance une nouvelle rubrique, que j’ai décidé d’intituler « Confidences ».

Ici, je partagerai des rubriques sur des sujets personnels, qui me tiennent à coeur. Certains d’entre eux me permettront de poser sur le papier des mots sur des moments douloureux, quand d’autres parleront de moments plus heureux.

Tu pourras librement réagir dans les commentaires qui sont ouverts à la discussion, et je te demanderai juste de rester respectueux dans tes propos.

Mon post d’aujourd’hui aborde le sujet délicat des amitiés toxiques. Le récit qui suit n’a rien de fictif, et est bel et bien réel. J’ai volontairement choisi de ne pas aborder certains passages qui étaient beaucoup trop personnels pour les proposer dans un article de blog.

Pour moi, l’amitié est une valeur importante à mes yeux. J’ai choisi de partager ce moment douloureux avec toi, car j’ai ouvert les yeux sur la situation il y a quelques mois.

Si une telle situation t’arrive ou t’est arrivée et que tu souhaites en parler, n’hésite pas à me contacter, ne reste pas seul(e) dans ton coin, en parler (ou l’écrire comme je l’ai fait), est le seul moyen d’exorciser sa douleur.

Voici mon récit

Pendant de longs mois, j’ai cru faire confiance à une personne qui m’était proche. Il n’en était rien, et je peux affirmer aujourd’hui qu’elle s’est servie de moi.

Cette personne est entrée dans ma vie à la suite d’une rencontre comme nous en faisons tous. Nous lions rapidement connaissance et ce qui en apparence a tout d’une amitié se crée, se développe, sans aucun nuage à l’horizon. La confiance qui en découle est donc naturelle. A un moment donné, un projet commun voit le jour (rapidement quand j’y pense…) Les personnalités de chacun étant différentes, chacun apporte à sa manière à ce beau projet.

Je ne vais ici pas tout détailler (par souci de confort de lecture, et aussi pour me préserver), mais j’ai vu cette personne sous différentes facettes : très gentille et agréable, mais aussi irascible et invivable ! Pendant ce temps, j’avais de nombreuses choses à gérer, tant bien que mal.

Tout ceci s’est déroulé en plusieurs étapes, tout d’abord la séduction, pour passer par une phase d’exploitation (on pourrait presque parler de vampirisation, néologisme ?), avec un investissement personnel important, une envie d’exclusivité, j’entends par là que si certaines de mes activités passées ont cessées… je vous laisse deviner pourquoi), pour passer à l’ignorance, et à l’exclusion (non officiellement déclarée, pour ne pas « jouer sur les images publiques de chacun »), en passant par des insultes et menaces (et j’en passe…).

Il y a quelques semaines de cela (après une longue absence pour des raisons médicales, mais aussi dans l’envie de me retirer un peu du monde extérieur…), j’ai eu écho de certains comportements et propos qui ont eu lieu pendant cette même absence, et bien avant tout cela. Le tout dans des conversations auxquelles je n’étais, évidemment, pas conviée.

La douleur a été vive, de nombreuses larmes versées, la colère m’a emporté, jusqu’à remettre en doute d’autres amitiés (à tort).

Le pire dans cette histoire ? C’est que cette même personne m’a utilisé pour parvenir à ses fins, en brisant certains de mes contacts et amitiés, pour réussir et me donner une image de mauvaise personne… je faisais jusqu’alors partie d’un écosystème, qui a été mis à mal depuis sa présence en son sein !

De plus, je ne suis pas la seule victime de cette même personne, qui ose retourner la situation en sa faveur… et mentir auprès de nombreuses personnes ! Ce qui a le don de me blesser davantage. Certaines de ces mêmes personnes ont tout comme moi mis du temps à réaliser ce qui leur arrivait.

Je ne sors pas indemne de tous ces événements, et le temps ne m’aidera pas à oublier, mais à cicatriser de ces plaies invisibles.

Alors, si d’aventure tu te reconnais dans ces lignes, oui j’ai pris un « putain de recul » pour écrire ces lignes !

Tout ceci n’est qu’un court résumé de ce qui m’est arrivé. Écrire (et partager) ces lignes est douloureux, et ravive les plaies que cette expérience m’a laissées…

J’ai ouvert les yeux sur la situation, un peu tard, certes, avec ces questions : pourquoi et comment peut-on ainsi blesser quelqu’un qui vous donne sa confiance ?

Je te laisse méditer.

Tout ceci est derrière moi. J’ai décidé de moi-même de m’éloigner des personnes toxiques et vais beaucoup mieux depuis.

Merci pour ta lecture.

Enaid

La Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, un édifice majestueux et rempli d’histoire.

Hello à toi !

Lors de mon weekend alsacien pour me rendre au festival Start to Play (du 23 au 26 août dernier) et sur lequel tu as 3 articles sur ma visite au salon, j’ai pu parcourir quelque peu les rues de sa capitale, Strasbourg !

J’ai ainsi pu admirer la majestueuse Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, uniquement de l’extérieur tant les touristes étaient nombreux.

Plutôt que de t’abreuver de dates et autres éléments historiques, je te propose de découvrir les quelques éléments qui m’ont marqué en préparant ma visite, et je te mettrai le lien vers le site dédié au bâtiment en fin d’article si tu souhaites en savoir plus ou même t’y rendre !

1015 : Fondation de l’édifice avant son élévation (le début de sa construction) en 1220 !

1345 : Achèvement de sa construction

2 : C’est sa place au classement des monuments les plus visités de France, après la célèbre Cathédrale Notre-Dame de Paris

8,5 : En millions, le nombre de visiteurs accueillis

142,11 mètres : La hauteur de sa flèche, qui quant à elle a été ajoutée en 1439

9 : Le nombre d’œuvres classées que l’on peut y trouver, mais aussi de nombreux autres trésors

1862 : Année où la Cathédrale est reconnue comme Monument Historique

J’en ai fini avec les différents chiffres et dates, maintenant place à quelques photos prises par mes soins, pour illustrer cette découverte, et je pense y retourner pour approfondir ma visite !

Je me suis sentie toute petite face à la Cathédrale ! En même temps, 142 m de haut…
L’édifice est vraiment impressionnant ! On remarque immédiatement (si on a l’œil historien) l’architecture gothique teintée de nuances romanes dans sa conception !
Vue en détail de sa rosace et de quelques éléments ornementaux sur la façade du bâtiment !
En m’éloignant de ce chef d’oeuvre, j’ai réalisé à quel point l’Homme pouvait accomplir de belles choses !

J’espère que cette petite présentation t’aura plu !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : http://www.cathedrale-strasbourg.fr/

D’autres escapades seront proposées prochainement sur le blog, d’ici là, bonnes visites et à bientôt sur mes carnets !

Enaid