Archives de l’auteur : Enaid

A propos Enaid

Enaid, admin du site, rédactrice amateur et passionnée par de nombreuses choses ! Contact : lescarnetsdenaid@gmail.com

Plus de 30 ans, et sans permis, c’est possible ?

Bonjour chère lectrice, cher lecteur, Aujourd’hui je sors ma plume pour aborder avec toi un sujet qui revient souvent au coeur de mes discussions entre amis, ou dans le milieu professionnel… « pourquoi n’as-tu toujours pas mon permis, et ce, à plus de 30 ans ? » OIP C’est là que bien souvent un air d’exaspération me prend… je ne le laisse pas toujours sortir et le garde bien enfoui en mon fort intérieur. Je prends le temps d’une courte réflexion et d’une bonne inspiration, mes arguments étant déjà prêts (quand on te pose la question plus d’une fois, ton discours ne change pas, seule la formulation change…). J’explique que depuis que je suis partie jeune du foyer parental, avec comme idée de prendre mon indépendance, loin de moi l’envie de passer mon permis. A l’âge où les copains de classe s’en souciaient, j’avais d’autres préoccupations. Il se trouve aussi que mes parents m’ont bien fait comprendre que je devais me l’auto-financer. Or, un permis n’est pas gratuit et que cela représente aujourd’hui un budget conséquent. Pendant mes études supérieures, et encore aujourd’hui, je suis utilisatrice des transports en commun, train, bus, tram… je me débrouille toujours pour mes déplacements plus ou moins lointains. Le covoiturage se développant, c’est l’idéal pour voyager à moindre coût et ne pas se sentir seul le long du trajet. Je n’ai jamais été déçue de mes escapades par ce biais que je recommande, avec quelques précautions à prendre avant de réserver au préalable. Même lorsque j’ai eu une vie active, je prenais les transports en commun, ou me déplaçais à pied ou encore à vélo. Pour la petite anecdote, pour un de mes emplois, j’avais une heure de transport de chez moi, à mon poste (j’ai toujours vécu en province, donc loin de la RATP), et un jour d’hiver, nous avons eu d’importantes chutes de neige (plutôt rare dans la région où j’habitais avant, proche de Poitiers) et j’ai eu beaucoup de chance en prenant le dernier bus de la matinée circulant jusqu’à mon poste de travail, toutes (ou presque) mes collègues sont arrivées avec plus de 3 heures de retard quand moi je n’avais que 10 petites minutes à rattraper. Bien sûr tout ceci demande une certaine organisation au quotidien, c’est certain, et de plus en plus de personnes utilisent les transports en commun. Entre les soucis de parking, les frais d’entretien d’une voiture et tous les soucis inhérent à la conduite d’une voiture en ville, la question est vite résolue. Et pour les voyages, certes ils sont plus longs (quoique, quand on prend l’avion… les délais se raccourcissent considérablement), et la fatigue est différente. Ce que je savoure, c’est de profiter des paysages qui défilent devant mes yeux et savourer. Je me rends compte ainsi, qu’avec les années, j’ai appris à me dispenser de permis, que ce qui peut être un frein pour certains est pour moi synonyme d’indépendance. Cela me pose moins de soucis et de stress inutiles dans un quotidien déjà suffisamment tourmenté par d’autres préoccupations. Certes, je pourrais davantage me déplacer où je voudrais, quand je pourrais, j’ai pris cette habitude de m’organiser autrement, de prendre le temps de faire ma petite recherche et réaliser mon trajet de manière optimale. Cela passe aussi par l’utilisation des transports en commun, de plus en plus recommandée pour améliorer la situation environnementale… Et toi, as-tu ce précieux sésame, ou, as-tu choisi (ou non d’ailleurs) de ne pas passer le permis ?

C’est à ton tour de me répondre à cette question dans les commentaires de cet article. Tout point de vue est le bienvenu 😉

Edito : juin 2020

Hello hello !

J’espère que tout va bien pour toi en ces premiers jours du mois de juin, qui, à l’heure où j’écris mon edito du mois commence sous un ciel radieux avec la chaleur qui l’accompagne.

Un mois de juin quelque peu particulier car il marque un retour à la presque normale dans nos quotidiens, avec la possibilité de sortir de chez soi sans contrainte de temps ou de kilomètres, mais il ne faut tout de même pas oublier les « gestes barrière » d’usage.

Qui dit juin, dit beaux jours… c’est pourquoi les publications seront rares sur le blog, pour profiter pleinement des moments en extérieur, des retrouvailles entre amis, d’escapades et bien d’autres choses qui m’éloigneront quelque peu de mon clavier.

Le mois de juin est aussi celui de l’été avec les congés estivaux qui commencent pour certains. Je n’envisage pas de m’absenter mais tout est possible. Je ne prévois rien à l’avance, surtout ces derniers temps.

Du point de vue de mon programme des prochaines semaines, hormis mes activités hors blog, je pense continuer à découvrir quelques films et séries, mais aussi des lectures ou d’autres choses. Je prépare également ma rentrée, aussi bien sur le blog que sur ma chaîne YouTube, restée en sommeil ces dernières semaines.

Mes articles seront donc partagés au gré de mon inspiration et de mes envies…

Et toi, qu’as-tu prévu de beau ?

Pour nous mettre dans l’ambiance estivale, quoi de mieux qu’un peu de musique avec « Voilà l’été » des Négresses Vertes… la chanson date un peu mais fait du bien au moral et apporte du soleil dans nos cœurs un peu affectés par les récents événements.

https://youtu.be/v8LcV7VojBk

Beau mois de juin à toi et à très bientôt sur le blog 😉

Animal Crossing : une ôde à la sérénité !!

Hello toi !!

J’espère que tout va bien pour toi !

Le 20 mars dernier est sorti Animal Crossing: New Horizons sur Nintendo Switch. Un jeu frais où le but est simple (ou presque) : aménager l’île de tes rêves au gré de tes envies.

Je ne connaissais pas la licence, dont le premier épisode est sorti en 2001 sur Gamecube, ce qui ne nous rajeunit pas !! Je ne possédais pas les consoles portables de la firme japonaise, ce qui explique cela concernant les autres jeux de la franchise.

Cela ne t’aura pas échappé mais les dernières semaines ont été marquées par le confinement national lié à l’épidémie de coronavirus qui sévit sur l’ensemble de la planète, avec des conséquences sur nos quotidiens.

Qui dit confinement, dit aussi isolement. Même si je suis habituée à la vie en solitaire, il m’arrive parfois d’avoir ce que l’on appelle des attaques de panique, qui sont plus liées à mon anxiété chronique.

C’est alors qu’un ami m’a fait l’agréable surprise de m’offrir le jeu. Je ne m’y attendais pas car je n’avais pas prévu de me procurer ce jeu feel good et d’y consacrer autant de temps !! Plus j’y passe de temps, plus j’ai de difficultés à laisser ma Switch au repos.

Le principe du jeu est vraiment accessible à tous, il n’est pas requis d’avoir une expérience avancée en matière de jeu vidéo. C’est ce qui fait qu’il est appréciable. J’ai quelques difficultés de coordination et les jeux actuels me donnent parfois du fil à retordre, surtout lorsqu’il s’agit de réaliser des combinaisons de touches.

Pour commencer, tu crées un personnage qui te ressemble, que tu nommes soit de ton prénom ou de ton pseudo, puis vient le moment de choisir la configuration de ton île parmi quatre modèles proposés… avant de nommer cette dernière avec l’appellation qui te fera plaisir ! Mon personnage se prénomme donc Diane, et je vis sur Angel Isle (ceux qui me connaissent un peu connaîtront la référence de ce doux nom).

Ensuite, tu t’installes, avec une petite maison dans laquelle tu auras quelques meubles, et ce sont quelques habitants qui rejoindront ton île, avec chacun leur caractère, une date d’anniversaire et un style qui lui est propre. Ces derniers sont aléatoires, avec une diversité d’animaux impressionnante et les détails de ces derniers m’ont agréablement surprise.

Tu vas apprendre à gérer cette même île, avec le soutien de Tom Nook, maire de la ville, qui va t’aider à améliorer celle-ci pour la rendre toujours plus agréable. Quelques notions de craft sont également acquises avec la fabrication d’outils, d’accessoire de décoration et bien plus… de quoi enrichir un panel de compétences qui s’étoffe tout au long de ta progression.

Une autre dimension agréable du jeu est liée aux fonctionnalités online : tu peux te rendre chez tes amis Switch ou bien alors sur des îles mystères, ce qui te permettra de récolter encore plus de matières premières pour concevoir tes objets ou bien encore récolter des fruits et fleurs pour décorer ton île, gagner en énergie avec les fruits, ou planter des arbres fruitiers…

Tu l’auras compris, Animal Crossing: New Horizons est une expérience vidéoludique complète, et tout te décrire serait bien trop long pour un seul et même article. J’arrive (au moment où je rédige ces lignes) à près de 200 heures de jeu, que je n’ai pas vues passer, tant je me plonge avec grand plaisir dans l’aventure et que j’oublie le stress quotidien.

Je tiens une nouvelle fois à remercier l’ami qui m’a fait ce cadeau, et grâce à qui je savoure des moments de sérénité et de calme. Et surtout où ma concentration se développe, ce qui est une petite victoire pour moi dans une évolution personnelle.

Merci Nintendo de nous proposer de telles expériences de jeu, raffraîchissantes, apaisantes… une bulle de bien être loin de nos quotidiens anxiogènes.

Sur ces bonnes paroles, il est temps pour moi de rejoindre Angel Isle pour une nouvelle journée bien remplie. Si tu le souhaites, nous pouvons nous retrouver pour une session commune…

Et toi, que penses tu de ce jeu ?

C’est avec plaisir que je te donne rendez-vous pour un prochain article !

A très vite 😉

La next gen ? Ce ne sera pas day one pour moi…

Hello toi !!

Aujourd’hui un article sur un sujet d’actualité pour qui est passionné ou simple curieux de l’actualité vidéoludique : la sortie imminente de la prochaine génération de consoles, à savoir la Xbox Series X et la Playstation 5.

A grands coups de vidéos toutes plus bluffantes les unes que les autres ou bien encore qui nous mettent l’eau à la bouche en attendant de pouvoir mettre nos mains sur ces bijoux de technologie, la guerre de communication autour du lancement de ces consoles fait rage, et ce, pour notre plus grand plaisir, à nous joueurs.

Les événements récents ont quelque peu perturbé la sortie de ces plateformes aux performances impressionnantes, que je ne rappellerai pas ici, ce n’est ni mon envie, ni le but de cet article.

Je souhaite aujourd’hui donner mon point de vue sur un potentiel achat, en réponse à une question qui m’a été posée à plusieurs reprises, pour connaître mon choix d’investissement pour les prochains mois à venir.

Je joue aux jeux vidéo depuis mon plus jeune âge, et j’ai depuis suivi l’actualité de ce passe temps qui est devenu aujourd’hui une passion, avec des moments de pause où je n’ai pas joué.

Je ne suis plus autant l’actualité qu’auparavant, car je me concentre désormais sur d’autres projets. Ce qui ne m’empêche pas de garder un oeil sur ce que l’avenir vidéoludique nous réserve…

A l’heure actuelle, je n’ai pas l’intention de craquer pour l’une ou l’autre des consoles, loin des caractéristiques techniques de ces dernières, mais avant tout pour l’univers des jeux annoncés, avec des tons très sombres. Hors, ces derniers temps, j’ai besoin de jouer à des jeux feel good comme Animal Crossing : New Horizons, sur lequel je reviendrai dans un article dédié à mon expérience de jeu.

Le coût de l’investissement est aussi pour moi à prendre en ligne de compte, car je pense que le budget à prévoir sera plus que conséquent. Je ne peux pour le moment pas me le permettre.

Je ne suis pas une personne qui apprécie plus telle ou telle marque, bien que j’ai évolué davantage avec Sony qu’avec Microsoft. Ce n’est que récemment que j’ai découvert la Xbox One, d’abord avec sa version S avant de craquer pour la X. J’ai été bluffée par la qualité graphique de mes quelques expériences vécues… J’ai une préférence pour la manette Xbox avec ses joysticks asymétriques et la prise en main de cette dernière, savourant ainsi mieux mes sessions de jeu.

Pour conclure, je dirai donc que je ne craquerai pas tout de suite pour une console qui sortira au cours des prochains mois. Je reste intriguée quant à la découverte de ces machines, avec des ressentis divers et variés sur des retours d’expérience.

Et toi, as-tu prévu d’en acquérir une à sa sortie ? Les deux ? Pourquoi ?

L’espace des commentaires est à ta disposition pour me répondre et nous pourrons échanger sur ce sujet…

A très bientôt sur le blog 😉

Vivre avec une maladie invisible

Hello cher lecteur,

Aujourd’hui, je reviens pour te parler d’un autre thème qui me touche beaucoup, et qui risque de te parler sans doute, ou quelqu’un de ton entourage, je souhaite aborder le sujet sensible des maladies invisibles.

Aujourd’hui nous sommes nombreux (et nombreuses) à vivre avec ce que l’on appelle une maladie invisible. Elle peut prendre différentes formes, troubles psychiques (et non psychiatriques comme je l’entends bien souvent) ou neurologiques ou même musculaires. Et ce, parfois en le cachant à nos proches (amis ou familles).

En ce qui me concerne, seuls quelques rares amis savent de quoi il retourne. Je ne vais pas évoquer les détails de ma pathologie ici, dans cet article, car je préfère le laisser dans mon jardin secret. Tout ce que je peux en dire, c’est qu’elle m’impose de suivre un traitement au quotidien, avec des contraintes qui ne sont pas toujours agréables, des effets secondaires qui eux aussi peuvent se révéler difficiles à gérer car non-maîtrisés.

L’incompréhension domine les pensées des proches, mais aussi la crainte de voir notre état de santé empirer. Quand d’autres personnes choisissent la solution de facilité : fuir et dénoncer. Quelle bonne idée que de fuir ! La différence, quelle qu’elle soit fait peur, mais de là à abandonner quelqu’un sous le seul prétexte de la maladie… c’est de la lâcheté pure et simple !

Souvent, j’entends des propos blessants, affligeants voire même dégradants pour nous, atteints de ces maladies que personne ne peut voir, ni même ressentir. Il existe bel et bien des associations d’entraide pour les malades, familles et proches de ces mêmes personnes. J’ai fait le choix de ne pas me rendre à leurs réunions, pour ne pas avoir à subir les regards des autres malades, et parce que j’ai déjà suffisamment de rendez-vous qui me mettent la réalité des choses face à moi, que ce ne serait qu’uniquement me rajouter de l’anxiété supplémentaire.

Un autre point qui est difficile à accepter, c’est au niveau du monde du travail. Le sujet reste encore tabou et chacun ne souhaite pas toujours étaler sa vie privée auprès de collègues qui peuvent parfois se montrer intrusifs et très curieux de ce qui peut nous arriver. Et cela demande aussi parfois des rendez-vous médicaux qui ne sont pas toujours acceptés ni compris par des supérieurs qui ont du mal à comprendre nos besoins. Que dire aussi de notre incapacité à occuper certains postes, et de l’impossibilité de tout justifier. Bref, il y a encore beaucoup de travail d’acceptation à ce sujet.

En résumé, tu l’auras compris, il n’est pas simple que de vivre avec un mal invisible (quel qu’il soit) au quotidien. Nous sommes dans une société où chaque différence effraie. Si tenté que nous tentons un minimum d’expliquer ce que nous avons reste encore complexe, et le temps d’acceptation est fondamental pour avancer dans la vie. Se sentir soutenu par ses familles et amis est primordial pour mieux affronter les autres personnes qui ne nous connaissent pas ou très peu.

Ce sujet avait pour moi un intérêt d’être abordé sur mon blog, en réponse à de nombreuses questions posées, et aussi pour côtoyer d’autres personnes concernées, si cet article peut aider quelqu’un, ce sera un premier pas.

Si tu as des questions, n’hésite pas. Je répondrai avec plaisir sauf si elles entrent trop dans un domaine privé.

A bientôt sur le blog.

Enaid

EDITO : mai 2020 May the Force be with you! De retour sur le blog !

Hello toi !!

Je suis de retour sur le blog après quelques semaines de pause rédactionnelle. Je tiens à te rassurer, il ne m’est rien arrivé de grave. Avec la situation actuelle, que je trouve quelque peu anxiogène, j’ai ressenti ce besoin de m’évader un peu pour me recentrer sur moi-même.

Nous sommes encore, à l’heure où j’écris et je publie ce post, en plein confinement. Ce qui signifie que les sorties devraient être limité à nos besoins essentiels. J’utilise le conditionnel car je me suis rendue compte que de nombreuses personnes prennent les dispositions quelque peu à la légère alors que la situation n’est pas des plus faciles.

Je tiens à saluer et remercier toutes les personnes qui s’investissent chaque jour pour que nous puissions avoir accès aux soins et aux achats nécessaires pour que la vie continue. J’ai une pensée pour toutes les personnes qui ont perdu un proche atteint par le virus. Soyez forts !

Comme tu le sais, mon blog est avant tout un lieu de partage de mes passions, celles-ci demeurent encore et toujours celles que tu pourras retrouver au fil de mes articles. Certaines de mes rubriques resteront cependant quelque peu en sommeil, le temps que la situation sanitaire soit rétablie. Ici aussi j’exprime tout mon soutien aux organisateurs d’événements dans les différents domaines impactés.

Pour ma part, je profite de cette période ralentie pour reprendre certaines activités quelques peu délaissées depuis quelques temps comme la lecture (qui me manquait terriblement), la cuisine, les soins personnels… je pense revenir sur ce temps pour moi plus longuement dans un prochain article.

Depuis quelques semaines, je suis aussi plongée dans l’univers d’Animal Crossing New Horizons, grâce à mon ami Halvard qui m’a fait l’agréable surprise de m’offrir le jeu. Ici encore, j’aurai beaucoup à dire sur ce jeu qui est loin de rendre accro (coucou BFM) tant il est complet, diversifié et permet d’apprendre de nombreuses choses et valeurs.

Certaines rubriques seront adaptées à mes possibilités actuelles. En effet, j’aime beaucoup aller au cinéma, mais chez moi ma cinémathèque reste limitée, je proposerai donc des contenus disponibles sur les différentes plateformes.

Ces dernières semaines (il y a déjà bientôt un mois… que le temps passe vite) nous avons eu accès à Disney Plus !! L’amatrice de cet univers depuis mon enfance est plus que comblée de pouvoir (re) découvrir certains chefs d’oeuvre…

Je travaille aussi sur certains projets qui me tiennent à coeur, qui demandent du temps, de la patience… je ne dévoilerai rien tant que je n’aurai pas plus avancé…

Les publications sur le blog dépendront de mes envies et aussi de mon temps libre, car malgré cette période qui est symbole d’ennui pour certains d’entre nous, je reste très active malgré tout, ce qui me permet de ne pas tomber dans une routine qui ne me correspondrait pas.

Mon planning de ces prochaines semaines n’est pas encore établi, chaque jour se suit mais ne se ressemble pas.

Profitons de ces instants pour prendre soin de nous et de nos proches. Une autre pensée à toutes ces personnes qui vivent le confinement seules. Garder un contact avec ses amis, encore plus avec les moyens à notre disposition est primordial.

Ce sont sur ces paroles bienveillantes que je te souhaite une agréable journée/soirée 🙂

Que la force soit (encore et toujours) avec toi.

A bientôt sur le blog !

Edito : avril 2020

Hello toi !

Nous voici (depuis quelques jours déjà) en avril !!

Ce mois s’annonce quelque peu particulier, avec les mesures de confinement prises par les autorités pour préserver notre santé et celles de nos proches.

Tu le comprendras donc, mes publications seront plus rares, non pas par flemmingite aigüe (loin de là) mais parce que je profite de ces semaines de calme pour me reposer et m’occuper autrement…

Mon planning n’est pas vraiment défini, entre séries/films (encore plus avec l’arrivée de Disney Plus ce matin…) lectures diverses et variées, musique, et bien sûr quelques jeux vidéo (notamment Animal Crossing, et je remercie mon ami Halvard pour ce précieux cadeau…).

Et toi, quel est ton programme pour les prochaines semaines ?

N’hésite pas à me répondre dans les commentaires ou à me contacter via les réseaux sociaux 😉

Je prépare quelques contenus pour les semaines à venir !

Reste prudent, reste chez toi (autant que possible) !!

A très vite !

Dogs of Chernobyl : un reportage rempli d’humanité !

Hello toi !

J’espère que tout va bien pour toi en ce moment. Habituellement, le mercredi est pour moi l’occasion d’aller découvrir les nouveautés des salles obscures… confinement oblige, je profite de mon temps libre pour parcourir les divers reportages et autres documentaires vidéos proposés sur les différentes plateformes disponibles.

C’est en écoutant une rubrique à la radio, que j’ai entendu parler du reportage du jour, Dogs of Chernobyl, que mon attention s’est arrêtée. Réalisé par un couple de français, Léa Camilleri et Hugo Chesnel, ces derniers se sont rendus sur la zone de la catastrophe (qui a eu lieu le 26 avril 1986, soit bientôt 34 ans) à la rencontre de Lucas, fondateur de l’association Clean Future Funds qui vient en aide aux habitants des lieux.

Cette vidéo, disponible gratuitement sur Youtube, est remplie de douceur, d’humanité, mais aussi d’espoir.

La construction de la vidéo s’articule autour de faits historiques, mais aussi de chiffres qui portent à réfléchir. La sensibilisation est très habilement menée et si je pouvais consacrer du temps à aider cette initiative, je le ferais volontiers.

Les images sont magnifiques, et nous offrent un aperçu différent de la ville de Pripyat, qui a souffert de la désertification de sa population suite au déplacement (qui devait être provisoire, mais qui sera définitif) de toute sa population hors de ce que l’on appelle la « zone d’exclusion ».

Ce reportage est accessible à tous, et peut tout à fait se regarder en famille, ce que je recommande vivement.

Si tout comme moi, tu es sensible, prévois quelques mouchoirs à tes côtés, quelques larmes pourraient couler.

Si tu souhaites aider l’association Clean Future Funds, voici son site internet : http://cleanfutures.org/ et son compte Twitter : @CleanFutureFund !

Je tiens, par l’intermédiaire de mon article, remercier chaleureusement Léa et Hugo pour ce magnifique moment rempli de tendresse, ce qui est tellement appréciable en ce moment.

Je te souhaite une belle découverte, et si tu souhaites partager ton ressenti sur ce documentaire ou m’en suggérer d’autres, l’espace des commentaires est ouvert pour ça 😉